«Ce résultat n’est pas un plébiscite pour l’huile de palme»

VotationLe rejet des initiatives agricoles est-il un signal pour plus de libéralisme? Interview de Jean-Pierre Grin (UDC/VD).

Jean-Pierre Grin, conseiller national(UDC/VD)

Jean-Pierre Grin, conseiller national(UDC/VD) Image: LAURENT CROTTET -A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’huile de palme profitera-t-elle du net rejet des initiatives agricoles? Cette denrée alimentaire est largement décriée. La plantation de palmiers à huile est une des principales causes de la déforestation. Le bilan social est lourd aussi, puisque les populations locales sont chassées de leurs terres. Une motion veut justement exclure ce produit de l’accord de libre-échange avec la Malaisie. Adopté par le National, le texte passe ce lundi devant le Conseil des États. Interview de son auteur, Jean-Pierre Grin (UDC/VD).


L'éditorial: La Suisse est dans l’impasse agricole


Le non des Suisses à des aliments équitables, est-ce un oui à l’huile de palme?
Non. En refusant cette initiative, les Suisses ont rejeté l’idée de contrôler l’ensemble des aliments produits à l’étranger et que l’on souhaiterait importer. Ce qui aurait accentué le tourisme d’achat. Ils ne se sont pas prononcés sur l’huile de palme en particulier.

C’est pourtant l’exemple type de l’aliment «pas équitable»…
Et c’est pour cela que ma motion demande de l’exclure des accords de libre-échange avec la Malaisie, mais aussi avec l’Indonésie. Le texte des Verts, lui, ne faisait aucune distinction de produits. Il aurait conduit à un appauvrissement de l’offre et à une hausse des prix.

Après ce résultat, vous pensez encore que le Conseil des États puisse accepter cette exclusion?
Il y aura un peu de suspense. Le vote était serré en commission. Il faudra voir comment les partis se positionnent en plénum.

Ce double non, c’est quand même un refus du protectionnisme agricole, et donc un appel à plus de libéralisme. Non?
Il y a peut-être une partie des Suisses qui ont rejeté ces textes parce qu’ils estiment qu’il faut ouvrir les frontières dans le domaine agricole. Je pense ici en particulier au refus de l’initiative d’Uniterre sur la souveraineté alimentaire. Mais je pense que c’est une minorité. J’en veux pour preuve le dernier article sur la sécurité alimentaire. Il y a une année, les trois quarts de la population ont soutenu ce projet de l’Union suisse des paysans. C’est un contrepoids bien réel à trop de libéralisme dans ce domaine.

Johann Schneider-Ammann, qui milite pour plus de libéralisme, ne va pas voir les choses de cette façon.
Il y a effectivement un risque. Mais ceux qui défendent les paysans au parlement vont se battre. Ouvrir trop grand les frontières aurait comme conséquence une chute des prix. Or nous ne voulons pas d’une agriculture suisse qui ne vive que des paiements directs. Nous voulons une agriculture suisse qui reste productrice.

En tant que paysan, n’avez-vous pas un œil qui rit et un œil qui pleure aujourd’hui?
Non. Ce ne sont pas des votes contre les paysans. Notre agriculture est respectueuse de l’environnement. Elle est sans OGM et limite au maximum les pesticides. Je pense que la population nous soutient. D’ailleurs, lorsque les paysans sont unis, comme sur l’article sur la sécurité alimentaire, ils sont suivis par la population.

Créé: 23.09.2018, 19h48

Six initiatives agricoles sont encore dans le pipeline

Vache à cornes
Soumise en votation le 25 novembre, c’est la prochaine initiative agricole à passer l’épreuve des urnes. Lancée par un paysan atypique du Jura bernois, elle a réussi le tour de force de récolter les 100'000 signatures nécessaires. Le texte demande que la Confédération soutienne financièrement les éleveurs de vaches et de chèvres qui laissent les cornes à leurs bêtes.
Contre le mitage
Les jeunes Verts sont à l’origine de cette initiative, dont un des objectifs est directement lié à l’agriculture. Selon le texte, la création de nouvelles zones à bâtir n’est admise que si une autre surface d’une valeur de rendement agricole comparable a été déclassée. Le texte a été rejeté aussi bien par le Conseil fédéral que le parlement, sans contre-projet.

Pour une eau potable propre et une alimentation propre
Lancée par une professeur d’aérobic, ce texte prévoit d’octroyer des paiements directs uniquement aux exploitations qui renoncent aux pesticides et aux antibiotiques. Le Conseil fédéral recommande son rejet sans contre-projet. Elle est dans les mains du parlement.

Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse
Le texte ressemble beaucoup à l’initiative précédente. Mais ici l’objectif est de carrément proscrire les pesticides de synthèse dans un délai de dix ans. L’initiative veut aussi proscrire l’importation de denrées alimentaires traitées aux pesticides de synthèse. Le Conseil fédéral recommande son rejet sans contre-projet. Elle est elle aussi actuellement dans les mains du parlement.

Non à l’élevage intensif en Suisse
Le texte émane de différents milieux de la protection des animaux. Son objectif est d’interdire l’élevage intensif en Suisse, afin de respecter la dignité des animaux de rente. La récolte de signatures a débuté en juin et court jusqu’à décembre 2019.

Jeunesse et goût
C’est la dernière initiative à avoir vu le jour. Elle émane de l’association Slow Food, qui promeut une alimentation de qualité. Le but du texte: que la Confédération et les cantons encouragent la formation à l’alimentation, en particulier des enfants. L’initiative a été validée par l’association Slow Food lors de son assemblée de la fin du mois d’août. La récolte de signatures n’a pas encore débuté.

Articles en relation

Les Romands dégustent, les Alémaniques savourent

Votations fédérales La majorité de Romands a plébiscité les deux initiatives agricoles soumises au vote dimanche. Les initiants se servent de cet aiguillon occidental pour mettre en garde la Berne fédérale. Plus...

Tous les résultats des votations par canton

Infographies Retrouvez toutes les réactions et analyses dans notre page spéciale. Plus...

«Si je me compare aux personnes qui ont le même âge et les mêmes responsabilités, je m’en sors bien»

Economie Le Matin Dimanche De retour de son voyage exploratoire en Amérique du Sud, Johann Schneider-Ammann (PLR) évoque ses projets pour les paysans et son avenir après le Conseil fédéral. Plus...

Réformer l’agriculture reste un casse-tête

Suisse Tiraillé entre libéralisme et protectionnisme, le secteur se cherche un avenir. Mais les paysans eux-mêmes n’arrivent pas à se mettre d’accord. Plus...

Les deux initiatives agricoles s’écroulent dans les sondages

Alimentation À deux semaines du scrutin, il n’y a plus de majorité ni pour la proposition des Verts ni pour celle d’Uniterre. Les résultats révèlent un Röstigraben. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...