Passer au contenu principal

Le revenu de base inconditionnel n’aura pas fait rêver les Suisses

L’initiative populaire pour un RBI est balayée par trois quarts des votants. Mais les initiants ne baissent pas les bras.

Début mars, les partisans du revenu de base ont distribué 1000 billets de 10 francs en gare de Zurich pour lancer la campagne.
Début mars, les partisans du revenu de base ont distribué 1000 billets de 10 francs en gare de Zurich pour lancer la campagne.
Keystone

C’est un non cinglant qui est sorti des urnes dimanche. Le peuple suisse a rejeté l’initiative pour un revenu de base inconditionnel (RBI) à 76,9%. Les cantons ont refusé d’une seule voix ce projet qui visait à permettre à tout citoyen de «mener une vie digne» en touchant un revenu de base dès sa naissance, sans contrepartie. L’échec était attendu. Ce qui n’a pas empêché le Conseil fédéral de dire son soulagement. «Le système social n’a pas besoin d’être révolutionné», a déclaré le ministre socialiste Alain Berset. Membre du comité d’opposition, le conseiller national Yannick Buttet (PDC/VS) voit dans le résultat une «claque pour les initiants qui classe la question du RBI. Cela ne doit toutefois pas nous empêcher de débattre sur le futur de l’emploi et du défi de la numérisation. Il faut trouver des solutions, que le RBI n’offrait pas.» «Le projet était d’un flou magistral et mettait la place économique suisse en danger, renchérit le parlementaire Laurent Wehrli (PLR/VD). Le peuple l’a compris.» L’initiative sur le RBI ne fixait qu’un principe et ne réglait pas la question du montant de l’allocation ni du financement. Les auteurs du texte évoquaient une somme de 2500 francs pour les adultes.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.