Passer au contenu principal

Faire revoter les Suisses, le défi du Conseil fédéral

Le peuple devrait se prononcer à nouveau sur la dépénalisation fiscale du mariage après que le scrutin ait été annulé. Mais personne ne sait comment organiser cette première.

Le sénateur Pirmin Bischof (PDC/SO) est à l’origine des recours
Le sénateur Pirmin Bischof (PDC/SO) est à l’origine des recours
Keystone

C’est une décision historique! Le Tribunal fédéral (TF) a annulé mercredi une votation au niveau national (voir encadré). Le peuple devrait donc à nouveau se prononcer sur le scrutin du 28 février 2016 sur l’initiative populaire du PDC contre la pénalisation du mariage.

«Ce qu’il faut retenir de cette journée, c’est que sous l’impulsion du PDC, la justice a renforcé la démocratie directe», s’enthousiasme Charles Juillard, vice-président du parti. Gerhard Pfister, lui, se dit soulagé par la décision du Tribunal fédéral qui permettra de revoter sur l’imposition des couples. Il s’agit également de «rétablir la confiance dans le Conseil fédéral».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.