«Le rôle de Monsieur Prix est essentiel sur les tarifs CFF»

Prix des bllets Le Conseil des Etats ne voulait plus que Monsieur Prix donne son avis sur les tarifs des CFF. Devant le soutien du Conseil national, il fait marche arrière. Interview de la sénatrice vaudoise Géraldine Savary

Géraldine Savary (PS/VD) et Dominique de Buman (PDC/FR) président un nouveau groupe de pression à Berne: celui de la consommation. Monsieur Prix pourra compter sur eux.

Géraldine Savary (PS/VD) et Dominique de Buman (PDC/FR) président un nouveau groupe de pression à Berne: celui de la consommation. Monsieur Prix pourra compter sur eux. Image: Laurent Crottet/lematin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Monsieur Prix est confirmé dans son rôle. Il continuera à être consulté annuellement lors de la fixation des tarifs CFF. Lors de cette session des Chambres fédérales, le débat a été vif. Une majorité du Conseil des Etats voulait, sur proposition des services de la ministre des Transports Doris Leuthard, ne consulter le Surveillant des prix que lors des discussions stratégiques (tous les quatre ans).

Le Conseil national a, lui, refusé de modifier le rôle de Stefan Meierhans, Monsieur Prix de la Confédération. C’était la seule divergence entre les deux chambres sur la réforme des chemins de fer 2. In fine, le Conseil des Etats s’apprête à jeter l’éponge. La sénatrice vaudoise socialiste Géraldine Savary a mené le combat pour que Monsieur Prix garde ses prérogatives. Interview.

Pourquoi était-ce si important que Monsieur Prix donne son avis chaque année sur les tarifs des CFF?

Géraldine Savary: D’une part, le rôle de Monsieur Prix est inscrit dans la Constitution et il joue un rôle primordial dans la fixation des prix administrés. Il est la voix des consommateurs dans ces secteurs où la concurrence ne peut jouer son rôle de régulateur des prix. Dans le cas des CFF, c’est d’autant plus important qu’on nous annonce des hausses de 20% dans les sept prochaines années. Lorsque les CFF avaient le projet de taxer les personnes âgées aux heures de pointe, c’est Monsieur Prix qui s’y est opposé et à fait reculer les CFF.

N’était-il pas choquant qu’une entreprise qui jouit d’un monopole puisse fixer ses prix sans contradicteur ni contrôle?

On ne sait vraiment pas qui a fait cette proposition qui est arrivé un peu par la bande dans ce grand débat de la réforme des chemins de fer 2. Mais il est certain que l’Office fédéral des transports va faire des propositions d’augmentation pour assurer le financement des infrastructures. De l’autre côté, les CFF reportent annuellement l’augmentation du coût de l’exploitation sur les billets. La pression sera donc double. Plus que jamais, le rôle de Monsieur Prix comme voix des usagers sera primordial.

Est-ce que vous craignez que d’autres secteurs monopolistiques (la Poste, fournisseurs d’électricité, médicaments) soient tentés de couper les ailes du Surveillant des prix?

Évidemment, cela aurait créé un précédent très clair dans lequel d’autres secteurs auraient tenté de s’engouffrer. Si les CFF peuvent être dispensés du contrôle de Monsieur Prix, pourquoi les autres auraient accepté de l’être. Alors qu’ils sont aussi soumis à des contraintes budgétaires, au besoin de générer des bénéfices ou de renouveler leurs infrastructures. Autant alors le supprimer tout de suite.

De manière générale, faudrait-il donner plus de poids encore au Surveillant des prix, qui n’est qu’un donneur d’alerte sans possibilité d’action immédiate?

Il est vrai qu’il doit chercher des solutions consensuelles. Mais il est bien plus efficace que ne veulent le dire ses détracteurs. Sa voix, ajoutée à celle des associations de consommateurs, peut faire un bruit assourdissant. De toute façon, il n’y a pas de majorité politique pour renforcer son action. Mais il ne faut pas l’affaiblir. La cause des consommateurs doit être renforcée sous la Coupole fédérale. C'est pourquoi nous avons créé ce nouveau groupe d'intérêt "consommation" sous la Coupole fédérale.

Créé: 12.03.2012, 17h50

Articles en relation

Monsieur Prix va s'attaquer au franc fort

Surveillance Stefan Meierhans, alias Monsieur Prix, fera du franc fort sa priorité en 2012. Il ciblera en particulier les coûts pour les industries d'exportation et du tourisme. Plus...

Les multiples «surprises» des cadeaux de Noël des CFF

Hausse des prix Le 11 décembre les CFF ont inauguré l’horaire 2012 avec de nouvelles règles et mesures tarifaires. Quelques rappels utiles pour les voyageurs qui veulent éviter de devoir passer doublement à la caisse. Plus...

A quoi sert-il?

A l'amiable. Inscrite dans la Constitution fédérale depuis une votation en 1982, la Surveillance des prix, dirigé par Monsieur Prix (stéfan Meierhans) doit protéger les consommateurs de prix abusifs résultant d’un manque de concurrence lorsqu’une ou des entreprises dominent le marché. Monsieur Prix doit alors chercher un règlement à l’amiable.

Un avis. Pour les prix administrés, ceux des ex-régies fédérales,Monsieur Prix ne peut qu’émettre une recommandation. Son rôle, dit la loi, est de tenir compte des intérêts publics supérieurs, notamment dans les secteurs de l’énergie, de l’environnement, des transports et de la santé.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.