Passer au contenu principal

EspionnageLa Russie convoque l'ambassadeur suisse

Le ministère russe des Affaires étrangères s'est ému d'une «rhétorique de la confrontation» après les accusations de Berne envers Moscou.

Le ministère russe des Affaires étrangères à Moscou.
Le ministère russe des Affaires étrangères à Moscou.
Keystone

Les autorités russes ont convoqué mardi les ambassadeurs suisse et néerlandais pour dénoncer les «accusations infondées» selon lesquelles des espions russes ont tenté de pirater le laboratoire de Spiez (BE) et l'Agence mondiale antidopage (AMA) à Lausanne.

Relations tendues

L'ambassadeur suisse Yves Rossier s'est vu signifier qu'une telle «rhétorique de la confrontation» pourrait porter préjudice aux relations entre Berne et la Russie, a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères. Dans un communiqué séparé, le même ministère a indiqué avoir convoqué l'ambassadeur des Pays-Bas Renee Jones-Bos concernant une «campagne d'incitation à la manie de l'espionnage».

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis avait dénoncé lundi l'«escalade» des activités d'espionnage russe sur le territoire suisse. Il a indiqué qu'il allait s'entretenir du dossier avec son homologue russe Sergueï Lavrov la semaine prochaine à New York, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU.

Des journaux du groupe Tamedia et le quotidien néerlandais NRC ont révélé la semaine dernière que deux espions russes avaient tenté au printemps de pirater le réseau informatique du laboratoire de Spiez.

Enquêtes sensibles

Cet institut collabore avec l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui enquête notamment sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie. Il a aussi été chargé d'analyser des échantillons prélevés à Salisbury, dans le sud de l'Angleterre, où l'ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille ont été empoisonnés par l'agent innervant Novitchok en mars.

Les deux agents russes ont été arrêtés aux Pays-Bas et expulsé vers la Russie, ont indiqué des sources néerlandaises. Ils sont également soupçonnés d'une tentative de cyber-attaque contre l'Agence mondiale antidopage. L'AMA avait suspendu en 2015 l'Agence russe antidopage (RUSADA), dans le cadre du scandale du système de dopage d'Etat découvert en Russie.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.