Le salaire du patron de Texaid fait réfléchir

SuisseLa presse dominicale a révélé que le patron de Texaid gagnait 550'000 francs par an. Les organisations d'entraide partenaires réclament plus de transparence.

Les vieux habits rapportent gros à Texaid.

Les vieux habits rapportent gros à Texaid. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La «SonntagsBlick» a lancé un gros pavé dans la mare des organisations d'entraide dimanche. Elle a en effet révélé que le patron de Texaid, l'entreprise qui récupère les vieux habits des Suisses, touchait un salaire de 550'000 francs par an. Et l'homme a acheté deux villas à Baar (ZG), une commune fiscalement intéressante, pour les démolir et construire du neuf. Le projet est devisé à 10 millions de francs, selon le journal.

Le «Blick» revient lundi sur le sujet et se demande s'il est possible de gagner autant d'argent avec les vieux habits que les Suisses abandonnent dans un but charitable. Hic: Texaid est une société privée qui n'est pas obligée de publier ses comptes annuels. Et elle n'a pas voulu dévoiler ses bénéfices au journal, se contentant de préciser que son patron gagnait de l'argent également sur les marchés.

100 millions de chiffre d'affaires

Il existe pourtant quelques chiffres. Fondée en 1978 et basée dans le canton d'Uri, elle a été créée comme un partenariat entre une entreprise privée allemande et la Croix-Rouge Suisse, Caritas Suisse, Secours suisse d'hiver, Solidar Suisse, Kolping Suisse et EPER. On sait que Texaid génère environ 100 millions de francs de chiffre d'affaires par an et qu'en 2017 elle a versé 7,8 millions de francs aux organisations humanitaires et quelque 40 millions au cours de ces 5 dernières années. Mais le flou règne sur le montant et la répartition de ses bénéfices, souligne le quotidien.

Du coup, certaines entreprises partenaires, qui possèdent 50% de Texaid, s'interrogent désormais à leur tour. «Les organisations d'entraide discuteront ensemble de la question de la transparence», annonce ainsi Sabine Zeilinger, porte-parole de la Croix-Rouge suisse (CRS). Mais d'autres indiquent qu'elles sont informées de la marche des affaires de Texaid ainsi que du salaire de son patron mais qu'elles n'y voient rien à redire.

Cependant, pour Sabine Zeilinger, une plus grande transparence de la part de la firme uranaise ferait du bien à tout le monde et permettrait aussi de corriger l'image erronée auprès du grand public du T-Shirt récupéré par Texaid et qui se retrouve sur le dos d'un enfant en Afrique ou en Asie. Ce qui est loin d'être le cas puisque Texaid s'attache surtout à recycler judicieusement les habits, si possible de manière rentable. Selon la firme, seuls 5% des vieux vêtements collectés ne peuvent pas être récupérés.

(nxp)

Créé: 25.02.2019, 10h42

Articles en relation

Texaid a reversé 7,2 millions de francs en 2016

Suisse L'organisation de recyclage et sa filiale Contex ont collecté plus de 36'000 tonnes de pièces de vêtements, chaussures et textiles domestiques usagés. Plus...

Les facteurs vont ramasser les habits usagés

Suisse Partant d'un projet pilote réussi, La Poste et Texaid ont décidé de poursuivre leur collaboration à plus long terme. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.