Passer au contenu principal

«La Suisse n'est pas une simple tache sur la carte»

Schneider-Ammann a commencé les festivités par un brunch dans le canton de Vaud. Il a évoqué l'ouverture et l'innovation lors de son discours radiodiffusé.

La ville de Bienne (BE) a notamment fêté le 1er Août. (Lundi 1er août)
La ville de Bienne (BE) a notamment fêté le 1er Août. (Lundi 1er août)
Keystone
(Lundi 1er août)
(Lundi 1er août)
Keystone
Chaque année, on dénonce de nombreux accidents dus aux engins pyrotechniques. (Dimanche 31 juillet 2016)
Chaque année, on dénonce de nombreux accidents dus aux engins pyrotechniques. (Dimanche 31 juillet 2016)
Keystone
1 / 29

Johann Schneider-Ammann a entamé sa journée du 1er août par un brunch dans la ferme des Cretegny à Bussy-Chardonney (VD). Accueilli par des cors des Alpes, le président de la Confédération a visité l'exploitation.

Par ailleurs, le président de la Confédération a fait référence lors de son discours radiodiffusé, aux trois piliers qui font la force de la Suisse. La formation, l'innovation et l'indépendance sont les clés de la prospérité et «nous ouvrent des perspectives».

Arrivé à 09h30, le président Schneider-Ammann a pu découvrir une large partie de la ferme «Aux Saveurs d'Autrefois», guidé par Laurence Cretegny, qui est députée PLR au Grand Conseil vaudois et syndique de Bussy-Chardonney. En toute décontraction malgré journalistes, photographes et télévision, il a parcouru une partie de l'exploitation.

Agriculture

Ecole à la ferme, marché à la ferme, fiscalité paysanne, Laurence Cretegny n'a pas hésité à profiter du parcours pour faire part au conseiller fédéral, responsable aussi de l'agriculture, des problématiques que rencontrent aujourd'hui son activité propre et le monde paysan en général. Johann Schneider-Ammann entouré notamment par le conseiller d'Etat vaudois Philippe Leuba s'y est montré visiblement attentif.

Le président de la Confédération doit encore prendre la parole, avant de poursuivre son marathon de la Fête nationale, dans les cantons de Zurich et de Berne.

Voie bilatérale

«La Suisse n'est pas une simple tache sur la carte du monde», a dit le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann lors de son discours radiodiffusé du 1er août. Elle est «un partenaire important et apprécié». Il a aussi appelé à défendre la voie bilatérale avec l'UE.

Le bon système de formation fait de la Suisse un pays d'opportunités, a souligné le président. Grâce à la structure ouverte, chacun peut «aller loin sur la voie qu'il a choisie».

Innovation

La Suisse dépend aussi de l'innovation, puisque le pays ne possède pas de matières premières. «Nous en avons fait une force. Jamais satisfaits de nous-mêmes, nous sommes sans relâche à la recherche d'idées nouvelles et meilleures.»

L'indépendance, troisième atout, c'est aussi pour le conseiller fédéral, l'ouverture et le maintien de bonnes relations avec tous. Il a rappelé que la Suisse gagnait un franc sur deux à l'étranger. Il s'agit de préserver la voie bilatérale.

Mais l'indépendance appelle la sécurité, a-t-il dit en rappelant les «terribles événements de ces derniers mois». Johann Schneider-Ammann a encouragé à «faire front commun pour défendre notre liberté et notre sécurité».

Leuthard sur l'ouverture

«Nous devons collaborer avec nos voisins», dit Doris Leuthard. «La Suisse est forte parce qu'elle est ouverte», a dit la conseillère fédérale Doris Leuthard lors de son discours du 1er août lundi à Schaffhouse. Pour le rester, notamment la sécurité, «nous devons coopérer étroitement avec d'autres pays».

Schaffhouse est un canton frontalier, en concurrence avec les villes voisines d'Allemagne. Pourtant, il a su s'adapter et chercher de nouvelles opportunités. «Vous êtes un exemple de coexistence pacifique», a souligné Doris Leuthard.

Ainsi, Schaffhouse est un exemple pour le Conseil fédéral. A l'image du canton, le Conseil fédéral «devra chercher des solutions avec son grand voisin, l'UE».

Les deux entités devront coopérer, chacun défendant ses principes et ses intérêts sans toutefois rechercher le conflit, a souligné la ministre. «Nous avons tous deux intérêt à renforcer et non à affaiblir nos relations commerciales.»

Pas invulnérable

Il faut aussi continuer à miser sur les qualités qui ont fait le succès de la Suisse: «offrir aux jeunes une bonne formation, rester une société pacifique, donner à chacun un travail et des perspectives, garantir notre qualité de vie», a dit Doris Leuthard.

«La vie est belle chez nous. Or nous ne sommes pas non plus invulnérables», a rappelé la conseillère fédérale, faisant référence aux événements survenus ces dernières semaines. Aucun pays ne peut seul garantir sa sécurité. Les pays doivent collaborer dans la lutte contre le crime et le démantèlement des réseaux terroristes.

Doris Leuthard était la première conseillère fédérale a se rendre à Schaffhouse depuis la naissance de l'Etat fédéral, en 1848.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.