Schneider-Ammann doute d'une solution fin août

Suisse-UELe conseiller fédéral en charge de l'économie reprend le dossier brûlant de l'accord-cadre entre la Suisse et l'UE.

Johann Schneider-Ammann est aux commandes du dossier européen.

Johann Schneider-Ammann est aux commandes du dossier européen. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Johann Schneider Ammann vient de reprendre les rênes du dossier de l'accord-cadre entre la Suisse et l'Union européenne. Si le ministre promet d'oeuvrer pour conserver le niveau de protection des salaires, il estime que les «huit jours ne sont pas importants».

Force est de constater que la règle des huit jours «répondait à une logique précise à l'époque où elle a été adoptée: chaque jour correspondait à une étape du processus», affirme mercredi le conseiller fédéral dans les colonnes du Temps. Aujourd'hui tout peut se faire via une application numérique. La durée n'est donc pas importante. Ce qui l'est en revanche, plaide-t-il, «c'est de maintenir ce niveau de protection en utilisant les possibilités du numérique».

Les mesures d'accompagnement à la libre circulation des personnes sont le principal point d'achoppement des négociations. Les Européens s'insurgent surtout contre cette règle dite des huit jours qui oblige les entreprises européennes à annoncer une semaine à l'avance leurs missions en Suisse et à s'acquitter d'une caution. Ils souhaitent que Berne les abandonne au profit de la nouvelle directive européenne sur les travailleurs détachés.

Longue expérience du partenariat social

«Je me suis mis à disposition pour tenter de trouver une solution car j'ai une longue expérience du partenariat social. Cette solution ne sera pas uniquement suisse, elle sera européenne», promet-il. Avant de relever que le délai pourrait être un peu court: «je ne sais pas si nous trouverons cette solution d'ici à fin août, comme cela a été prévu».

Le Conseil fédéral a décidé au début du mois de juillet de consulter les cantons et les partenaires sociaux. Le Département de l'économie organisera les discussions cet été avec le Département des affaires étrangères et celui de justice et police. (ats/nxp)

Créé: 18.07.2018, 08h10

Articles en relation

La politique européenne de Cassis ne tient plus qu’à un fil

Bilatérales Le Tessinois n’a pas réussi à convaincre ses collègues. Le dossier est pris en étau entre l’UDC, Bruxelles et les syndicats. Plus...

Différends avec l'UE: Berne veut un tribunal arbitral

Bilatérales Le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis a précisé ses propositions sur la reprise suisse du droit européen. Plus...

PLR pour la voie bilatérale, mais au profit de la Suisse

Suisse-UE Si le parti bourgeois soutient les bilatérales, il ne veut en revanche pas de reprise automatique du droit européen, a-t-il fait savoir à l'issue d'une réunion à Versoix (GE). Plus...

La préférence indigène menace les Bilatérales

Relations Suisse-UE La future gestion de l’immigration viole les principes de la libre circulation, conclut une analyse juridique. La Suisse est au pied du mur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.