Schneider-Ammann plaide pour l'innovation en Inde

RelationsLes discussions ont porté sur les négociations de l'accord de libre-échange entre l'AELE et l'Inde.

Johann Schneider-Ammann en Inde.

Johann Schneider-Ammann en Inde. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Johann Schneider-Ammann a achevé dimanche 17 mai une visite de trois jours en Inde. Le conseiller fédéral a voulu donner une nouvelle impulsion aux relations bilatérales entre les deux pays et relancer les discussions sur un accord de libre-échange.

«Le conseiller fédéral est très satisfait de ce voyage et se montre optimiste sur ce qui se passe en Inde», a indiqué dimanche Erik Reumann, porte-parole du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR).

Johann Schneider-Ammann a rencontré vendredi à Delhi son homologue, la ministre du commerce et de l'industrie, Nirmala Sitharaman. Les discussions ont notamment porté sur les négociations de l'accord de libre-échange entre l'Association européenne de libre-échange (AELE) et l'Inde.

Les deux parties sont ouvertes à poursuivre rapidement les discussions, mais des différences persistent. «Le sentiment est que les positions se rapprochent», relève Erik Reumann. Il y a une volonté de reprendre le dialogue. Il s'agit désormais de fixer le cadre au niveau technique afin de poursuivre les discussions.

Propriété intellectuelle

La principale pomme de discorde reste la question de la propriété intellectuelle. Du point de vue suisse, un éventuel accord doit contenir des dispositions sur la protection de la propriété intellectuelle.

Le nouveau gouvernement indien manifeste un grand intérêt pour un accord de libre-échange. L'Inde souhaite se transformer en une économie d'innovation, ce qui ne peut se faire sans une bonne protection de la propriété intellectuelle, note le porte-parole.

Le conseiller fédéral a également rencontré le ministre des finances Arun Jaitley. La discussion a porté sur la question des fonds indiens non déclarés sur des comptes en Suisse. Berne refuse de donner des informations sur la base de documents volés. Les demandes indiennes sont donc bloquées pour l'instant. Cette question empoisonne les relations entre les deux pays depuis plusieurs mois.

Le Bernois a aussi eu l'occasion de parler de formation professionnelle avec Rajiv Pratap Rudy, ministre en charge du nouveau ministère du développement des compétences et de l'entrepreneuriat, a indiqué le DEFR dans un communiqué.

Opportunités

La visite du ministre de l'économie a permis d'encourager l'échange avec des acteurs économiques locaux. Un séminaire co-organisé par la «Federation of Indian Chambers of Commerce» et l'ambassade suisse a abordé le rôle de la propriété intellectuelle.

Pays fort de plus de 1,2 milliard d'habitants, l'Inde présente beaucoup d'opportunités. Ce marché reste toutefois un défi pour les entreprises suisses, fait remarquer Erik Reumann. Les obstacles administratifs sont nombreux et il est compliqué de faire des affaires, résume-t-il.

L'innovation était également au programme de la visite. Johann Schneider-Ammann a officiellement lancé à Bangalore les CTI Market Entry Camps, une initiative de la Commission de la technologie et de l'innovation (CTI), visant à promouvoir l'entrée de start-ups suisses sur le marché indien.

(ats/nxp)

Créé: 17.05.2015, 10h59

Articles en relation

Schneider-Ammann défend le libre-échange en Inde

Voyage officiel Le conseiller fédéral concède qu’un accord ne devrait pas être trouvé avant quelques années. Plus...

Le programme de Schneider-Ammann en Inde

Mission Le conseiller fédéral doit conduire pendant trois jours une mission «économie-innovation». Plus...

L'invitation au président indonésien dérange à Berne

Diplomatie Johann Schneider-Ammann a réitéré une invitation au président indonésien, fortement décrié pour des exécutions d'étrangers qui ont provoqué des protestations internationales. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.