Didier Burkhalter rend hommage à Pierre Aubert

Carnet noirLe chef des Affaires étrangères se souvient avec émotion de la gentillesse de l'ancien conseiller fédéral et de son ouverture d'esprit.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je savais qu’il n’allait pas bien, mais la nouvelle de son décès m’a profondément attristé lorsque je l’ai apprise mercredi soir quand nous avons atterri», a confié le chef du DFAE, Didier Burkhalter, en déplacement officiel au Canada. «C’était d’ailleurs étrange, car j’étais en train de lire un document dans lequel il était précisé que la dernière visite d’un chef de la diplomatie suisse remontait à 1981, et que c’était justement Pierre Aubert», a-t-il souligné.

Le conseiller fédéral a regretté la disparition de Pierre Aubert, un homme «non pas replié sur lui-même, mais au contraire très ouvert sur ce qui l’entourait, très constructif, et qui marquait de l’intérêt pour de nombreux domaines qui m’étaient également proches», a-t-il expliqué. Les deux hommes avaient une grande proximité, même s’ils n’étaient pas du même parti, selon lui. Mais ils étaient attachés au même village, rappelle-t-il (ndlr : Auvernier).

Un pionnier

Didier Burkhalter retiendra de l’homme politique son œuvre pour la promotion des Droits de l’Homme, une cause à laquelle il est lui-même très attaché. «A la fin des années 70, il avait mis en place une vraie stratégie en la matière pour la Suisse», se rappelle-t-il. Ce qui n’était pas évident à l’époque. «Il a fait œuvre de pionnier, et nous lui en sommes reconnaissants aujourd’hui», relève le Neuchâtelois qui a aussi souligné les nombreux déplacements à l’étranger qui ont contribué à mieux faire connaître la Suisse à l'extérieur. «Il y a eu un avant et un après Aubert», selon lui.

Et quand on lui demande une anecdote personnelle, Didier Burkhalter préfère parler de l’attitude de l’ancien président de la Confédération. «Pierre Aubert avait une véritable gentillesse en politique, ce qui est très rare dans ce milieu», souligne-t-il. «Il s’intéressait à ce que je faisais, j’étais même étonné à quel point il était au courant, et il avait des petits mots d’encouragements qui m’ont beaucoup touché.»

«Hommage aussi de Schneider-Ammann»

Le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann a lui aussi rendu hommage à Pierre Aubert. Ce dernier s'est engagé pour une Suisse ouverte et humaine lorsqu'il était à la tête des affaires étrangères, souligne-t-il. «Pour les services rendus à notre pays, nous lui devons gratitude et respect», a réagi le ministre de l'économie dans un communiqué diffusé jeudi.

Il ajoute qu'à titre personnel, il a beaucoup apprécié l'ancien conseiller fédéral. «Même lorsque ses forces ont commencé à l'abandonner, il n'a cessé de s'intéresser à tout et il m'a stimulé avec ses conseils amicaux et empreints d'humour.»

Le Bernois a également posté un tweet:

Le PS a également réagi

Le parti socialiste, auquel appartenait Pierre Aubert, ainsi que le PS neuchâtelois ont également réagi par voie de communiqué jeudi. « En tant que ministre des affaires étrangères, Pierre Aubert défendit une participation active de la Suisse sur la scène internationale. Il s’investit pour la coopération au développement, pour un fort engagement de la Suisse pour les droits humains ainsi que pour l’adhésion à l’ONU», écrivent-ils.

Le PS et le PS Neuchâtelois retracent le parcours de l'ancien conseiller fédéral, en rappelant qu'il avait représenté son canton au Conseil des Etats dès 1971 et qu'il avait succédé à son camarade de parti Pierre Graber à la tête du DFAE en 1977, à son élection au Conseil fédéral.

«Au niveau politique, Pierre Aubert soutenait une politique extérieure moderne et ouverte, qui entretenait le dialogue international, notamment avec les Etats africains», rappellent les deux PS. Son engagement en faveur de la coopération au développement et des droits humains est toujours d’actualité. L’héritage politique majeur de Pierre Aubert reste l’adhésion de la Suisse à l’ONU, estiment-ils. «Certes il ne trouva pas de majorité pour soutenir sa demande d’adhésion à l’ONU en 1986, mais il prépara le terrain pour la seconde votation sur l’ONU qui fut couronnée de succès en 2002», concluent-ils.

Créé: 09.06.2016, 13h44

Articles en relation

55 voyages diplomatiques de Pierre Aubert

Neuchâtel L'ex-conseiller fédéral Pierre Aubert restera dans l'histoire suisse comme un grand voyageur. Plus...

L'ex-conseiller fédéral Pierre Aubert est décédé

Carnet noir L'ex-ministre neuchâtelois est décédé mercredi, dans sa 90e année. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.