Les scientifiques se font sonner les cloches par les paysans

Coup vache!L'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) a eu l'outrecuidance de s'attaquer aux cloches des vaches, s'émeut le lobby paysan au Conseil national. Le Conseil fédéral se retranche derrière la liberté de la recherche.

Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans une interpellation signée par 28 collègues, le conseiller national Jacques Bourgeois (PLR/FR) et directeur de l'Union suisse des paysans dénonce une thèse de doctorat soutenue à l'EPFZ. Cette recherche conclut que le bruit et le poids des cloches portent atteinte à la santé des animaux.

«Nous ne pouvons pas accepter que des deniers publics soient ainsi dilapidés !», s'étrangle le directeur de l'Union suisse des paysans. Et d'accuser les chercheurs de ne rien connaître de la réalité du terrain et de remettre en question «nos traditions, nos us et coutumes».

Poser un GPS à la place d'une cloche est une idée saugrenue, selon le Fribourgeois. Comment alors retrouver le bétail dans les régions sans couverture de réseau ?

Dans sa réponse publiée ce jeudi 13 novembre, le Conseil fédéral n'entend pas s'exprimer sur la légitimité de cette étude, ni imposer de marche à suivre aux Ecoles polytechniques. Car il attache la plus grande importance à la liberté de l'enseignement.

Le gouvernement fait néanmoins remarquer qu'une des missions de la recherche est d'étayer le discours sociétal et que la question des cloches des vaches fait débat depuis longtemps. La recherche a aussi permis à la Suisse d'être l'un des pays les plus respectueux des animaux de rente. (ats/nxp)

Créé: 13.11.2014, 12h32

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.