Passer au contenu principal

La scientologie brandit les droits humains pour s'attaquer aux psys

Une entité au nom ambigu, la Commission des citoyens pour les droits de l’homme, tente d’alerter l’opinion publique sur de prétendus abus psychiatriques. Enquête

La Commission des citoyens pour les droits de l’homme diffuse des films et des brochures sans équivoque au sujet de la psychiatrie. Selon cet organisme, la prise de psychotropes causerait notamment des milliers de suicides dans le monde.
La Commission des citoyens pour les droits de l’homme diffuse des films et des brochures sans équivoque au sujet de la psychiatrie. Selon cet organisme, la prise de psychotropes causerait notamment des milliers de suicides dans le monde.
CCDH SUISSE ROMANDE

Un logo bleu qui arbore la balance de la justice. Un nom qui évoque les Nations Unies et le long combat pour les libertés fondamentales: la Commission des citoyens pour les droits de l’homme (CCDH) semble épouser une noble cause. La même, a priori, qu’une institution à l’abréviation presque identique, la très sérieuse Convention européenne pour les droits de l’homme (CEDH), ratifiée par la Suisse il y a quarante ans tout juste. Mais la CCDH, présente à Lausanne et à Genève, n’a rien à voir avec les juges de Strasbourg. Il s’agit d’une émanation de «l’Eglise» de scientologie, considérée comme une secte dans la majorité des pays.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.