Sécheresse: les paysans tirent la sonnette d'alarme

ClimatSi le fléau de la sécheresse n'a pas encore causé en Suisse des dégâts aussi importants qu'ailleurs, il préoccupe toutefois les agriculteurs helvétiques.

Les conséquences de l'année passée, particulièrement sèche, risquent de se prolonger encore cette année.

Les conséquences de l'année passée, particulièrement sèche, risquent de se prolonger encore cette année. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les paysans sont de plus en plus préoccupés par la sécheresse. Si la situation n'a pas encore atteint un stade critique pour l'instant, elle pourrait se compliquer durant les années à venir.

Les paysans sont toujours plus nombreux à conclure une assurance pour se couvrir contre les dommages dus à la sécheresse. Si ce fléau n'a pas encore causé en Suisse de dégâts aussi considérables que dans d'autres pays d'Europe, il préoccupe aussi les paysans helvétiques selon Sandra Helfenstein, porte-parole de l'Union suisse des paysans (USP).

A ce jour, le bilan hydrique n'est pas rassurant: «en comparaison des quatre années précédentes, il n'a jamais fait aussi sec», selon la porte-parole. «Pour l'instant, la situation n'est certainement pas dramatique, mais les paysans sont inquiets», indique-t-elle.

Jusqu'ici, les cultures ont pu bénéficier de précipitations en suffisance. Les betteraves sucrières viennent d'être semées et les pommes de terre ont été plantées. Or pour ces deux cultures, «la pluie est absolument vitale», relève Sandra Helfenstein.

Les conséquences de l'année passée, particulièrement sèche, risquent de se prolonger encore cette année. Le niveau de la nappe phréatique demeure en effet très bas. Les paysans qui disposent de leur propre source risquent justement de connaître rapidement des problèmes, s'il ne pleut pas suffisamment.

Les regards se tournent vers Bruxelles

Tandis que les paysans allemands interpellent la Commission européenne et lui demandent de l'aide, le sujet ne figure pas à l'agenda du monde politique suisse. «La situation n'est pas dramatique pour le moment, mais ça ne veut pas dire qu'elle va rester inchangée», déclare Jürg Jordi, responsable de la communication de l'Office fédéral de l'agriculture.

Aucun scénario de crise n'a pourtant été élaboré. De nombreux paysans ont néanmoins décidé d'anticiper. Ils ont par exemple planté des variétés résistantes à la sécheresse et ils sont de plus en plus nombreux à conclure des assurances contre les dommages causés aux récoltes. Dans le cadre de la Politique agricole 2022, il est question de prévoir une participation financière de la Confédération pour cette assurance, mais les discussions se poursuivent.

Assurer ses récoltes

Le fait est que l'organisme Suisse Grêle conclut de plus en plus souvent des assurances contre la sécheresse. 1430 polices ont été contractées l'an passé, pour une surface de 32'200 hectares et Suisse Grêle table cette année sur une nouvelle augmentation.

Le risque de sécheresse peut être assuré sous cette forme depuis 2013, pour les cultures, et depuis 2016 pour les prairies. Comparé à 2015, le nombre de polices a augmenté de 214 % l'an passé et le volume de terrains assurés de 200 %.

Moins d'eau disponible

L'évolution des précipitations réserve cependant des surprises. «Même si 2018 a été extrêmement pauvre en pluie, les mesures à plus long terme en Suisse ne montrent aucune diminution des précipitations», selon Stephan Bader, climatologue à l'Office fédéral de météorologie et de climatologie (MétéoSuisse).

Les précipitations ont même plutôt tendance à augmenter l'hiver sur le versant nord des Alpes. Durant les autres saisons, aucun changement significatif et durable n'a été constaté où que ce soit en Suisse. L'été particulièrement sec de l'année dernière n'est pas révélateur d'une tendance généralisée. Les précipitations sont en moyenne très stables.

Moins de pluie à partir 2060

Mais la quantité d'eau disponible a, elle, bien diminué. Cette évolution est liée à la hausse marquée des températures estivales qui accélère depuis les années 1990 le phénomène d'évaporation. Avec le réchauffement des températures estivales, la sécheresse s'aggravera dans les prochaines décennies, même sans diminution des précipitations, poursuit M. Bader.

Ce n'est qu'à partir de 2060, que nous devrions connaître une réduction effective des précipitations estivales, selon les connaissances actuelles. La sécheresse estivale n'en sera que renforcée. (ats/nxp)

Créé: 26.04.2019, 18h36

Articles en relation

La sécheresse menace une partie de l'Europe

Climat Alors que l'été n'est pas encore là, une bonne partie du nord et de l'est de l'Europe souffrent d'un manque d'eau. La sécheresse pourrait être pire que celle de 2018. Plus...

Sécheresse: le château de Chenonceau menacé

France La sécheresse actuelle en Indre-et-Loire menace les fondations du château de Chenonceau, bâti sur des pieux de bois. Plus...

Une année extrême d'un point de vue climatique

Suisse La sécheresse a eu des effets contrastés en 2018. Alors que les viticulteurs peuvent se réjouir d'un millésime exceptionnel, les fortes chaleurs ont eu impact sur l'agriculture. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.