Passer au contenu principal

Le tourisme craint les effets d’un Tessin sans burqa

L’application de l’interdiction du voile intégral ne se fait pas sans remous. Le milieu du tourisme craint des pertes.

Rachid Nekkaz, richissime algérien, et Nora Illi, Suissesse convertie au salafisme, font de l’interdiction de la burqa leur combat. Ils ont protesté, le 1er juillet à Locarno, contre la nouvelle loi.
Rachid Nekkaz, richissime algérien, et Nora Illi, Suissesse convertie au salafisme, font de l’interdiction de la burqa leur combat. Ils ont protesté, le 1er juillet à Locarno, contre la nouvelle loi.
Keystone

Après une procédure de mise en œuvre compliquée et de multiples recours, la loi sur l’interdiction du port de la burqa et du niqab est appliquée depuis le 1er juillet au Tessin. Le port du voile intégral dans les lieux publics – restaurants, magasins et salles communes des hôtels compris – est désormais puni d’une amende variant entre 100 et 1000 francs. En cas de récidive, ce montant peut monter jusqu’à 10 000 francs. Une mesure acceptée en 2013 par 65,4% des votants tessinois.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.