Des selfies osés twittés depuis le Palais fédéral

Berne Une secrétaire poste régulièrement des selfies d’elle nue sur Twitter… depuis son bureau au Palais fédéral.

Une secrétaire de la Confédération poste des selfies d'elle nue depuis son bureau du Palais fédéral

Une secrétaire de la Confédération poste des selfies d'elle nue depuis son bureau du Palais fédéral Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une employée de la Confédération a pour habitude de poster sur Twitter des selfies qui la montrent nue dans son bureau du Palais fédéral.

Cette secrétaire, suivie par 11'000 personnes sur le réseau social, est parfaitement consciente que ses collègues sont susceptibles de tomber sur ces clichés: «J’y pense en permanence», a-t-elle déclaré à la Neue Zürcher Zeitung.

Aucun conflit d’intérêt

Les recommandations de l’Office fédéral du personnel (OFP) sont pourtant sans équivoque: «Ne publiez sur Internet que des photos ou des textes que vous seriez prêts à montrer à vos collègues, collaborateurs et supérieurs».

La secrétaire estime quant à elle que vu que les photos font partie de sa vie privée, elles ne représentent aucun conflit d’intérêt avec sa fonction.

Un avertissement plutôt qu’un licenciement

L’affaire n’est pourtant pas aussi simple: sur les tweets «dénudés» il est en effet possible de reconnaître les bureaux situés à l’arrière-plan.

Et l’OFP de citer le code de bonne conduite de l’administration fédérale: les employés doivent veiller à ne pas nuire à la réputation de la Confédération – y compris dans le cadre de leur vie privée.

Les selfies de la secrétaire portent-ils atteinte au gouvernement fédéral? Le facteur déterminant est évidemment la fonction occupée par la personne qui se dévoile en tenue d’Adam (ou d’Eve). Un ambassadeur ou un porte-parole ne pourrait évidemment pas se le permettre, explique Thomas Geiser, spécialiste en droit du travail à l’Université de Saint-Gall.

Selon lui, la secrétaire risque plus un avertissement qu’un licenciement avec effet immédiat. «A moins que l’employeur n’estime que son activité représente un risque pour la sécurité», par exemple dans le cas où elle serait victime d’un chantage à cause de ces photos.

Créé: 06.08.2014, 10h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.