Quand les seniors lâchent le volant par sécurité

PréventionNeuchâtel incite depuis un an les aînés à renoncer à leur permis de conduire. L’action porte ses fruits.

Neuchâtel propose aux aînés un rabais de 200 francs sur un abonnement général CFF 2e classe s’ils acceptent d’abandonner leur permis de conduire.

Neuchâtel propose aux aînés un rabais de 200 francs sur un abonnement général CFF 2e classe s’ils acceptent d’abandonner leur permis de conduire. Image: DR/TCS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Abandonner son permis de conduire, une fois pour toutes, en échange d’un rabais de 200 francs sur l’achat d’un abonnement général CFF de 2e classe. Cette offre, lancée il y a un an tout juste à Neuchâtel, a séduit de nombreux conducteurs âgés. Le Service cantonal des automobiles et de la circulation (SCAN) a enregistré 686 renonciations volontaires cette année, contre 502 en 2014. Soit une augmentation de 37%.

Premier canton romand à mettre sur pied un tel système incitatif, Neuchâtel s’est inspiré de Berne, qui l’a introduit avec succès dès 2013. «Cela a pleinement répondu à nos attentes», se réjouit Philippe Burri, le chef du SCAN. L’action sera donc non seulement pérennisée, mais étendue. Les seniors qui lâcheront leur «bleu» pourront bientôt obtenir divers bons de réduction valables dans les transports publics régionaux.

Briser un tabou

Au-delà des chiffres, Philippe Burri estime que cette mesure a contribué à ouvrir le débat sur un sujet tabou: la planification de la vieillesse. «L’espérance de vie s’allonge, mais on ne garde pas jusqu’à sa mort les capacités nécessaires à la conduite, relève-t-il. Tout comme on ne peut pas forcément vivre seul à la maison jusqu’au bout. C’est un message difficile à faire passer.» Beaucoup d’aînés vivent mal le fait de devoir renoncer à leur voiture lorsqu’un examen médical – obligatoire tous les deux ans en Suisse dès l’âge de 70 ans – les y contraint. D’où l’idée de favoriser une prise de conscience volontaire.

L’option neuchâteloise a déplu à certains spécialistes de la sécurité routière. Le Bureau de prévention des accidents (BPA) s’inquiétait ainsi de voir certains conducteurs abandonner le volant trop tôt… et s’exposer davantage aux dangers du trafic piéton. De même, l’association Pro Senectute entrevoyait un risque de stigmatisation des seniors.

Directeur de Pro Senectute pour l’Arc jurassien, François Dubois a revu son jugement depuis lors. La démarche neuchâteloise peut être considérée comme une action de sensibilisation «en faveur des aînés plutôt que contre eux», constate-t-il. Et de citer l’exemple d’une dame âgée qui a décidé de renoncer à son permis après avoir appris qu’un automobiliste octogénaire avait tué un jeune piéton sur une route fribourgeoise. «Elle ne voulait pas qu’un tel drame lui arrive.»

Cours pris d’assaut

Statistiquement, les aînés sont toujours plus nombreux à vouloir continuer à conduire (lire ci-contre). Mais, pour Philippe Burri, chacun doit se demander régulièrement s’il maîtrise les exigences élevées de la conduite d’un véhicule et si son état de santé lui permet toujours de prendre le volant en toute sécurité. Le chef du SCAN salue donc l’initiative de Pro Senectute Arc jurassien, qui a lancé l’an dernier des cours de conduite spécifiques pour seniors. Une «remise à niveau» à la fois théorique et pratique, conçue sur le modèle de la formation proposée depuis des années déjà par le Touring Club Suisse.

Subventionnées par le SCAN, ces formations d’une demi-journée sont prises d’assaut, note François Dubois. «Il y a une liste d’attente jusqu’en juin 2016!» Les participants disposent notamment d’une heure de conduite, à bord de leur propre véhicule, avec un moniteur d’auto-école. Peuvent-ils craindre d’être dénoncés en cas de performance insuffisante? «Ce n’est absolument pas l’objectif, assurent en chœur Philippe Burri et François Dubois. C’est une excellente manière de s’autoévaluer, en bénéficiant de l’œil avisé d’un professionnel.»

Créé: 17.12.2015, 07h24

Dossiers

Articles en relation

Neuchâtel incite les aînés à abandonner leur permis

Sécurité routière Les seniors qui renoncent à la conduite se voient offrir des rabais dans les transports publics. Une idée qui divise les milieux concernés Plus...

En chiffres

Conducteurs âgés En 2010, 81% des adultes vivant en Suisse possédaient un permis de conduire, selon l’Office fédéral de?la statistique. Cette proportion est à la baisse depuis vingt ans chez les 18-24?ans, alors qu’elle est en forte hausse chez les seniors. Elle a grimpé de 50,6% à?73,9% chez les 65-79?ans, de 19,7% à 39,3% chez les personnes de 80?ans et plus.

Retraits de permis Sur 84?127 retraits en 2014, 5704 concernaient des seniors de plus de 70?ans – dont une nette majorité d’hommes (4058). Dix ans plus tôt, on ne dénombrait encore que 1902 retraits de permis dans cette classe d’âge (sur 66?019 au total).

Vulnérabilité Si une personne est blessée dans un accident de?la?circulation, la probabilité qu’elle décède est environ quatre fois plus élevée chez les seniors que chez les usagers plus jeunes.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.