Aide aux migrants: deux Genevois face aux juges

Procès des sept de BriançonThéo et Bastien ont été les premiers à se présenter devant la présidente du Tribunal correctionnel de Gap.

Le Genevois Bastien s'exprime avant son procès.
Vidéo: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des sept prévenus dans l'affaire d'aide aux migrants, les Genevois Théo et Bastien ont été les premiers à se présenter face à la présidente du Tribunal correctionnel de Gap (France). Au-dessus de leur tête, le buste de Marianne. A l’extérieur, les rassemblements bruyants agacent le tribunal. «Si on ne peut plus s’entendre, je suspends et on termine l’audience dans une salle à huis-clos», menace d'emblée la juge dans un certain désordre.

Eleonora, la prévenue italienne, n’est pas là, tant pis. Théo et Bastien reconnaissent les leurs dans le public, clins d’œil et embrassades. A leur arrivée au tribunal, ils ont lâché quelques mots à la presse: «On va affronter ça avec confiance. On est soutenu et on se bat pour quelque chose qui est fondé», dit Théo.

Réactions devant le Palais de Justice. (Vidéo: Georges Cabrera)

Ce procès agite les consciences dans un climat exceptionnel. Au petit matin, les forces de l’ordre ont bloqué des convois de manifestants qui tentaient de rallier la petite ville des Hautes-Alpes. La présidente du Tribunal, elle, ne veut pas entendre parler d’un procès politique. «Ici, on fait du droit et rien que du droit, lance-t-elle avant les débats. Les mots «délit de solidarité» n’ont rien à faire dans cette salle. Je mets au défi quiconque de trouver ces termes dans le droit français.»

Aux côtés de cinq autres activistes, Théo et Bastien risquent une condamnation pour avoir aidé des migrants en situation irrégulière à passer la frontière italo-française lors d'une manifestation le 22 avril. Pour l’aréopage d’avocats – six au total – qui défendent ceux que l’on nomme les 7 de Briançon, les conditions de l’interpellation des deux Genevois est problématique. Car ce n’est pas lors de la manifestation sur le col-frontière que les deux ont été appréhendés, mais plus tard, dans la soirée, alors qu’ils marchaient dans Briançon. «Sur la base d’aucun élément objectif» plaide l’une des avocates. Son confrère ironise: «Le rapport de police affirme qu’ils ont aidé des personnes de couleur noire susceptibles d’être des migrants en situation irrégulière. Un noir ne peut-il pas participer à une manifestation? Ces éléments sont discriminatoires.» (24 heures)

Créé: 08.11.2018, 12h17

Galerie photo

Deux Genevois jugés pour avoir aidé des migrants

Deux Genevois jugés pour avoir aidé des migrants Théo, Bastien et cinq autres militants comparaissent devant le tribunal de Gap pour «délit de solidarité».

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Articles en relation

Deux Genevois au cœur d’un procès qui fera date

Justice Théo, Bastien et cinq militants seront jugés jeudi pour avoir aidé des migrants. Une audience au retentissement international. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...