Nos sept Sages resteront outre-Sarine pour le 1er Août

Fête nationaleA part Alain Berset, aucun conseiller fédéral ne fêtera le 1er Août au Tessin ou en Romandie. Tant pis pour la cohésion nationale.

Le Conseiller federal Alain Berset parle lors de la Fete Nationale Suisse du 1er Aout 2013, à Moudon.

Le Conseiller federal Alain Berset parle lors de la Fete Nationale Suisse du 1er Aout 2013, à Moudon. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil fédéral boude la Suisse latine cette année. Les sept membres du gouvernement prononceront leur discours patriotique en Suisse alémanique. La liste officielle établie par la Chancellerie fédérale ne pointe qu’une exception: Alain Berset sera présent à Sierre et à Lindau (ZH) le 1er Août.

Ce n’est pourtant pas faute de disponibilité: la plupart des ministres prévoient de faire au moins deux allocutions patriotiques. La présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga, s’exprimera sur la prairie du Grütli. Johann Schneider-Ammann à Allsch­wil (BL), à Windisch (AG) et à l’Expo de Milan. Ueli Maurer à Grosswangen (LU) et à Nottwil (LU). Didier Burkhalter à Sumiswald (BE) et à Zurich. Eveline Widmer-Schlumpf à Titterten (BL). Doris Leuthard à Ottenbach (ZH) et à Bad Zurzach (AG).

Pas un nom de lieu romand ou tessinois. Un manque, selon Dominique de Buman, président d’Helvetia Latina, l’association de défense des minorités latines: «On serait en droit d’attendre que les conseillers fédéraux fassent l’effort d’aller dans une autre région linguistique. C’est un message pour les régions, d’autant plus important dans le cas du Tessin en ce moment», estime le conseiller national (PDC/FR), qui parle d’une «empathie culturelle à renforcer».

Le conseiller d’Etat vaudois Pierre-Yves Maillard (PS) le regrette aussi: «Il serait souhaitable que les ministres se coordonnent pour assurer une présence partout, au moins dans les grandes régions qui ne sont pas représentées au Conseil fédéral, comme l’arc lémanique ou le Tessin. Mais je précise que ce n’est pas un problème d’importance capitale: il est plus urgent que le Conseil fédéral prenne des mesures contre le franc fort.»

Pas de coordination

Selon nos informations, les allocutions patriotiques des ministres ne font l’objet d’aucune coordination. Chaque conseiller fédéral accepte ou refuse les invitations des communes, indépendamment de ses collègues, selon son bon plaisir. Parfois sur la base de contacts informels, comme pour Sierre cette année: «J’ai rencontré M. Berset lorsqu’il est venu à Sierre en janvier dans le cadre d’une campagne de votation fédérale, explique François Genoud, président de la ville de Sierre. Par la suite, je l’ai revu à Berne lors d’une conférence de son département. J’en ai profité pour lui demander s’il était envisageable de donner une allocution à Sierre le 1er Août.» Alain Berset veille à se rendre dans au moins deux régions linguistiques à chaque Fête nationale: «Il était présent dans les trois régions linguistiques en 2012 et dans deux régions en 2013 et en 2014. Il accorde de l’importance à cet aspect car il est soucieux de la cohésion nationale», indique Ariane Geiser, porte-parole du Département fédéral de l’intérieur (DFI).

Pas grave, selon Couchepin

Ce souci devrait-il être celui de tout le gouvernement? «En aucun cas, pense l’ancien conseiller fédéral Pascal Couchepin (1998-2009). Nous avons la chance de ne pas avoir de guerre linguistique dans notre pays, ce n’est pas le moment d’en créer à l’occasion de la Fête nationale.» Pour le Valaisan, «le 1er Août rappelle les feux que les gens allumaient autrefois pour communiquer d’une montagne à l’autre, c’est un signe de solidarité nationale entre les citoyens et pas de leur rapport aux autorités. D’ailleurs, la médiatisation forcenée des discours de ministres ces dernières années a mené à des excès, je salue un retour à une forme de sobriété.»

Pascal Couchepin explique que, lorsqu’il était en fonctions, il recevait de nombreuses invitations chaque année: «Un collaborateur les triait et je faisais le choix final, mais les régions linguistiques n’étaient pas mon souci premier.»

Créé: 24.07.2015, 21h22

Articles en relation

Les feux d’artifice du 1er Août sont en sursis

Fête nationale La canicule et l’absence de pluie pourraient pousser les autorités vaudoises à prononcer une interdiction généralisée des feux en plein air pour les privés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.