Passer au contenu principal

«Un seul hacker peut falsifier l’ensemble d’un vote»

Une initiative populaire est lancée ce vendredi pour s'opposer au vote électronique, que le Conseil fédéral souhaite faciliter. Le Vaudois Jean-Christophe Schwaab est à la manoeuvre.

L’ancien conseiller national socialiste et conseiller municipal vaudois Jean Christophe Schwaab doute des vertus du vote électronique. Il ne jure que par le papier, beaucoup plus contrôlable à ses yeux.
L’ancien conseiller national socialiste et conseiller municipal vaudois Jean Christophe Schwaab doute des vertus du vote électronique. Il ne jure que par le papier, beaucoup plus contrôlable à ses yeux.
ODILE MEYLAN

Et si, demain, il était aussi commun de voter devant son ordinateur que par correspondance ou à l’urne? Le Conseil fédéral nourrit cet objectif depuis longtemps. Il passe désormais la vitesse supérieure, après une phase d’essai de 14 ans, et 300 tests jugés réussis.

A la mi-décembre 2018, il a mis en consultation une modification de la loi sur les droits politiques, dans laquelle il fixe les grands principes de la normalisation du vote électronique. Les cantons resteront libres de le proposer ou pas, et les citoyens garderont le choix entre le papier et la souris. Mais les procédures administratives seront allégées, promet Berne, et des conditions strictes de sécurité fixées.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.