Passer au contenu principal

Le sida reste une tare sociale

Alors que le VIH est désormais bien pris en charge médicalement, les porteurs du virus continuent de subir des discriminations en tous genres. Témoignages.

Depuis 1987, le corps de Mercedes Gomez résiste à la maladie et son sourire aux discriminations.
Depuis 1987, le corps de Mercedes Gomez résiste à la maladie et son sourire aux discriminations.
CHANTAL DERVEY

Les rubans distribués en signe de solidarité avec les personnes séropositives sont rouges, mais les personnes vivant avec le VIH en voient de toutes les couleurs à longueur d’année. Sur les stands de la Journée mondiale de lutte contre le sida, chaque 1er décembre, les bénévoles font face à un florilège de mouvements de recul et de réflexions abruptes: «On entend encore la fameuse remarque «ils l’ont bien mérité» et même des allusions à «la punition divine», s’indigne Emmanuelle Studer, présidente de l’Association Arc-en-ciel. Sur le plan de la santé, cela va de mieux en mieux. Mais sur le plan social, c’est de pire en pire!»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.