Simonetta Sommaruga veut deux femmes

Conseil fédéralLa socialiste Simonetta Sommaruga estime que le gouvernement suisse doit refléter la population qui la compose. Jusqu'au Conseil fédéral

«Ce ne serait pas bon pour notre pays», si aucune femme n'était élue en décembre, selon Simonetta Sommaruga.

«Ce ne serait pas bon pour notre pays», si aucune femme n'était élue en décembre, selon Simonetta Sommaruga. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La ministre socialiste Simonetta Sommaruga souhaite l'élection de deux femmes au Conseil fédéral, après les départs annoncés de Johann Schneider-Ammann et de Doris Leuthard. Elle ne voit aucune raison pour ne pas renforcer leur présence au gouvernement fédéral.

«Les femmes représentent bien la moitié de la population. Cela devrait également se refléter dans la composition du Conseil fédéral», déclare Simonetta Sommaruga dans un entretien diffusé mardi par le journal alémanique Tages-Anzeiger. L'exécutif est actuellement composé de cinq hommes et deux femmes.

Meilleure représentativité

L'Assemblée fédérale doit élire en décembre les remplaçants du ministre de l'Économie, le PLR Johann Schneider-Ammann et de la ministre des Transports, la PDC Doris Leuthard, qui ont tout deux annoncé la semaine dernière leur départ pour la fin de l'année.

Pour Simonetta Sommaruga, la question d'une meilleure représentativité des femmes au gouvernement ne vise pas à déterminer qui est meilleure ou pire, mais doit mieux refléter la population suisse. «Ce ne serait pas bon pour notre pays», si aucune femme n'était élue en décembre, poursuit la Bernoise de 58 ans.

Sept conseillères fédérales

Concernant un éventuel changement de département, la ministre de la Justice estime que «la question arrive trop tôt». Elle préfère ne pas s'exprimer sur le sujet pour le moment.

Seules sept femmes ont jusqu'à maintenant siégé au Conseil fédéral. La première a été Elisabeth Kopp, élue au gouvernement en 1984. Six autres suivront. Entre l'entrée en fonctions de Simonetta Sommaruga en novembre 2010 et la démission de la socialiste genevoise Micheline Calmy-Rey à la fin 2011, les femmes étaient majoritaires avec quatre sièges.

La Constitution fédérale ne prévoit qu'une représentation appropriée des diverses régions du pays et des différentes parties linguistiques au Conseil fédéral. Le Conseil des Etats s'est prononcé au printemps pour ajouter à l'article constitutionnel la représentation appropriée des sexes.

(ats/nxp)

Créé: 02.10.2018, 07h02

Le grison Martin Candinas pas candidat

Le conseiller national PDC Martin Candinas n'est pas candidat à la succession de Doris Leuthard au Conseil fédéral. Le Grison de 38 ans a annoncé sa décision lundi à la radio tessinoise RSI.

Martin Candinas s'est déclaré entièrement satisfait de sa situation politique, professionnelle et familiale. Il est toutefois prêt pour les élections au Conseil national de l'année prochaine. M. Candinas y représente les Grisons depuis deux législatures.

Le conseiller aux Etats grison Stefan Engler, souvent cité comme candidat potentiel, avait déjà annoncé jeudi dernier ne pas vouloir être conseiller fédéral.

Galerie photo

En images, la carrière de Doris Leuthard

En images, la carrière de Doris Leuthard L'Argovienne a annoncé sa démission du Conseil fédéral pour la fin de l'année. Élue fin 2006,elle a été deux fois présidente de la Confédération.

Galerie photo

La carrière de Schneider-Ammann en images

La carrière de Schneider-Ammann en images Johann Schneider-Ammann, 66 ans, quittera le Conseil fédéral après un peu plus de huit ans d'exercice. Retour en images sur son parcours.

Articles en relation

Le PDC présentera au moins une femme

Succession Leuthard Les candidats auront jusqu'au 25 octobre pour sortir du bois, a expliqué la direction du parti. Il y aura au moins une femme sur le ticket. Plus...

Pour le PLR, «la stratégie ne change pas»

Démission Leuthard Pour la présidente du parti, Petra Gössi, la démission de Doris Leuthard ne va pas modifier la stratégie sur la succession Schneider-Ammann, notamment sur la question féminine. Plus...

Comment remplacer «l'irremplaçable»?

Démission de Doris Leuthard «Animal politique», «vraie femme d'exécutif», «politicienne exceptionnelle»: comment remplacer «l'irremplaçable» Doris Leuthard, se demandent vendredi tous les quotidiens suisses. Plus...

La double vacance ouvre le jeu des successions

Conseil fédéral Le départ simultané de Johann Schneider-Ammann et Doris Leuthard va accroître la pression féminine et des régions non représentées sur le PLR et le PDC. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.