Passer au contenu principal

Redevance radio-TVLa situation s'est améliorée chez Serafe

Le plus gros des difficultés sur les données de clients obsolètes est passé. Les problèmes pourraient se situer maintenant au niveau des communes.

Le successeur de Billag avait envoyé en janvier 3,6 millions de factures, dont quelques centaines à quelques milliers mal adressées.
Le successeur de Billag avait envoyé en janvier 3,6 millions de factures, dont quelques centaines à quelques milliers mal adressées.
Keystone

Le nouvel organe suisse de perception de la redevance radio-TV, Serafe, a surmonté le plus gros de ses difficultés initiales liées à des données de clients obsolètes. Mais les communes craignent maintenant un surplus de travail important pour les bureaux de contrôle des habitants.

Le successeur de Billag avait envoyé en janvier 3,6 millions de factures, dont quelques centaines à quelques milliers mal adressées. Depuis février, le taux d'erreur est nettement inférieur au taux précédent, qui n'était que de 2%, indique vendredi Erich Heynen, porte-parole de Serafe à Keystone-ATS.

Aujourd'hui, l'organe travaille de manière plus étroite avec les Services du contrôle des habitants locaux afin d'avoir les données les plus récentes et éviter ce genre de couac. Et pour répondre aux questions des ménages, Serafe a augmenté provisoirement le nombre de personnes qui travaillent dans ses centres d'appel de 100 à 130. Ce nombre passera bientôt à 75, car l'organe est quasiment à jour.

Surcroît de travail

Mais pour le secrétaire de l'Association suisse des services des habitants (ASSH), Walter Allemann «il ne fait aucun doute que les communes ont dû supporter, avec la nouvelle redevance, un surcroît de travail, qui va se poursuivre à l'avenir. Et cela devrait se faire sans qu'aucune disposition ne soit prise pour que les municipalités soient compensées». L'ampleur de cet effort ne pouvait à l'heure actuelle pas encore être évaluée de manière concluante.

Outre les erreurs d'adresses et de facturation, l'introduction de la nouvelle redevance radio TV avait soulevé de nombreuses questions auprès de ménages, qui s'étaient alors tournés vers leurs communes. Le 24 janvier 2019, pour soulager les municipalités, l'Office fédéral de la communication (OFCOM) avait fait de Serafe l'interlocuteur unique pour toute demande relative à la perception de la redevance.

Mais selon Erich Heynen, cela n'a qu'un effet limité, car Serafe ne peut pas, pour des raisons juridiques, modifier les données des clients. Depuis le mois de juin toutefois, quelques localités testent un formulaire de contact approuvé par l'OFCOM, les cantons, les communes et Serafe.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.