Passer au contenu principal

IndignationSommaruga choquée par le parachute doré de Vasella

La conseillère fédérale est stupéfaite par l'indemnité de départ de 72 millions de francs de Daniel Vasella, président démissionnaire de Novartis.

Simonetta Sommaruga, le 21 janvier 2013.
Simonetta Sommaruga, le 21 janvier 2013.
Keystone

«C'est très nuisible pour la cohésion sociale dans notre pays», a déclaré la ministre de la justice dans une interview au «Sonntagsblick».

Personnellement, la socialiste est très inquiète sur cette question. Cette «mentalité de self-service» ébranle la confiance dans toute l'économie, estime-t-elle.

Interrogée sur les conséquences de l'annonce de l'indemnité de départ de Daniel Vasella sur la votation sur l'initiative populaire «contre les rémunérations abusives», Simonetta Sommaruga répond: si le peuple suisse accepte le texte le 3 mars, «tous les managers qui ont perdu toute mesure en seront responsables».

Mais elle n'est pas sûre qu'un «oui» dans les urnes puisse faire disparaître de telles indemnités supplémentaires aux managers. Si l'argent que touchera Daniel Vasella vise effectivement à l'empêcher de travailler pour la concurrence, ni l'initiative, ni le contre-projet indirect élaboré par le Parlement ne pourront y remédier, selon la conseillère fédérale.

Par contre, s'il s'agit d'une «indemnité à raison de longs rapports de travail cachée», elle ne serait plus possible en cas de «oui» le 3 mars. Avec le contre-projet, deux tiers des actionnaires devraient accepter une telle indemnisation, indique Simonetta Sommaruga.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.