Sommaruga à Tunis pour parler immigration

MigrantsLa Suisse veut consolider son partenariat migratoire avec la Tunisie, une zone importante de transit pour les migrants.

La cheffe du Département fédéral de justice et police, Simonetta Sommaruga, sera en Tunisie pour consolider le partenariat migratoire avec Tunis. (Photo d'archives)

La cheffe du Département fédéral de justice et police, Simonetta Sommaruga, sera en Tunisie pour consolider le partenariat migratoire avec Tunis. (Photo d'archives) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Simonetta Sommaruga se rend lundi et mardi à Tunis pour mieux appréhender les défis posés sur place par la crise migratoire. Voisine de la Libye, la Tunisie reste une zone de transit pour de nombreux migrants. La Suisse entend y consolider son partenariat migratoire.

Partant du constat qu'il faut continuer de gérer cette crise en amont, la cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP) va renforcer cet accord, déjà vieux de cinq ans, avec les autorités tunisiennes. Dans la foulée de la révolution de jasmin en Tunisie (fin 2010-début 2011), plusieurs milliers de Tunisiens, en majorité de jeunes hommes, avaient alors déposé une demande d'asile en Suisse.

Pour endiguer ce flux, un programme de coopération a été mis sur pied par la Suisse, privilégiant notamment l'aide au retour et la formation professionnelle des jeunes Tunisiens dans leur pays. Selon des chiffres officiels, plus de 1600 demandeurs d'asile tunisiens auraient ainsi pu rentrer dans leur pays grâce à ce soutien.

Contrer le terrorisme

La lutte contre le terrorisme demeure encore et toujours l'un des chevaux de bataille des autorités à Tunis, sachant que de nombreux jeunes (3000 environ) ont rallié au fil des ans le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak. Le gouvernement tunisien craint comme la peste le retour au pays des jeunes candidats au djihad.

Alors que Mme Sommaruga s'entretiendra mardi avec plusieurs ministres tunisiens sur la reconduction du partenariat migratoire, reprendra le même jour dans la capitale tunisienne le procès de l'attentat du 26 juin 2015 sur une plage près de Sousse (nord).

L'attaque avait coûté la vie à 38 touristes, principalement britanniques. Une vingtaine d'accusés, tous tunisiens, doivent répondre de «crimes terroristes». Six membres des forces de sécurité sont également accusés de «non-assistance à personne en danger».

Bureau suisse de police

Mme Sommaruga entend intensifier lors de son voyage les relations entre Berne et Tunis, précisément dans les domaines relevant de la sécurité. Un bureau suisse de coopération policière s'ouvrira d'ailleurs ce mardi à Tunis.

Vu de Berne, l'échange d'informations avec les pays du Maghreb est indispensable pour mieux lutter contre le terrorisme et entraver le travail des passeurs ainsi que celui des trafiquants de drogue. La présence depuis avril d'un attaché de police suisse à Tunis doit déjà faciliter le suivi des enquêtes et des procédures pénales.

Point névralgique en Libye

Armé d'une kalachnikov, l'étudiant tunisien de 23 ans qui avait abattu il y a deux ans des touristes sur cette plage près de Sousse, s'était radicalisé en Libye. Ce pays reste plus que jamais aujourd'hui le point de départ de nombreux migrants pour l'Europe.

Simonetta Sommaruga s'entretiendra lors de sa visite à Tunis avec plusieurs organisations internationales basées en Tunisie mais actives sur le terrain voisin en Libye. Parmi elles, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Leur mission est de protéger les migrants, et le cas échéant les sauver d'un naufrage en mer.

La cheffe du DFJP aura enfin un échange avec des garde-côtes libyens en formation à Tunis, dont la tâche est d'accroître la sécurité des eaux territoriales libyennes. La question de la protection des migrants en Libye sera à nouveau abordée à la mi-novembre en Suisse dans le cadre du Groupe de contact pour la Méditerranée centrale.

Mme Sommaraga poursuivra son périple mercredi et jeudi au Niger, avec notamment la visite d'un centre de transit pour migrants. (ats/nxp)

Créé: 02.10.2017, 06h19

Galerie photo

 Crise migratoire: le drame des migrants en Méditerranée (Juillet 2017-24 juin 2018))

Crise migratoire: le drame des migrants en Méditerranée (Juillet 2017-24 juin 2018)) Les migrants et les réfugiés traversent la Méditerranée pour atteindre l'Italie ou la Grèce.

Articles en relation

Migrants: la dérogation de répartition est finie

Union européenne Les demandeurs d'asile arrivant sur les côtes italiennes et grecques à partir de mercredi ne seront plus concernés par les quotas de répartition dans l'UE. Plus...

Un demi-millier de migrants mineurs dans la nature

Suisse Selon la RTS, plus de 500 migrants mineurs non accompagnés ayant déposé une demande d'asile en Suisse en 2016, ont disparu. Plus...

Forcer l’accueil des migrants? Impossible

Asile Le troisième échec d’un projet de foyer pour requérants d’ asile à Nyon illustre les difficultés de l’Etat d’imposer ses plans aux communes. Plus...

Migrants: des conditions «inacceptables»

Grèce Le Conseil de l'Europe s'horrifie des conditions d'accueil des migrants en Grèce, et pointe des problèmes d'organisation plus que budgétaires. Plus...

Les Nyonnais repoussent encore un projet de l’EVAM

Référendum Le projet de créer un centre pour l’hébergement de migrants à Nyon subit un troisième échec, cette fois devant le peuple. A 55,3%, les citoyens n’ont pas voulu d’un centre pour requérants au centre-ville. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.