Passer au contenu principal

Submergé par les migrants, le Tessin appelle à l’aide

La Commission de la politique de sécurité du National a fait le tour des frontières du sud du pays pendant deux jours. Les parlementaires relatent une situation difficile.

Les réfugiés arrivant d’Italie sont pris en charge par les gardes-frontière, submergés par l’affluence.
Les réfugiés arrivant d’Italie sont pris en charge par les gardes-frontière, submergés par l’affluence.
Keystone

En un mois seulement, quelque 2000 réfugiés ont transité à Chiasso, dont 900 la semaine dernière. La frontière tessinoise reçoit 90% des arrivées de réfugiés en Suisse.

Le Tessin n’en peut plus et veut que Berne le sache. Le conseiller national Marco Romano (PDC) a invité en début de semaine les membres de la Commission de la politique de sécurité du Conseil national (CPS-N) à constater la situation. Mardi, à l’issue de la visite, l’élu tessinois exprimait sa satisfaction lors d’un point presse. Il sent qu’il a touché sa cible. «Je pense qu’ils ont été très surpris. Cela fait quatre ans que je rapporte la situation du Tessin à Berne. On a toujours l’impression que les Tessinois grossissent le trait. Là, 25 parlementaires ont vu que nous n’exagérons pas.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.