«Le succès va dépendre des lois du marché»

Tunnel du GothardLe nouveau tunnel permettra-t-il le transfert de la route vers le rail? L’analyse de Giuseppe Pini, de l’Observatoire universitaire de la mobilité de Lausanne et Genève.

La nouvelle ligne ferroviaire alpine relèvera-t-elle le pari politique, pris dans les années 1990, de permettre le transfert du trafic marchandises de la route sur le rail? L’avis du fondateur de l’Observatoire universitaire de la mobilité, Giuseppe Pini.

La nouvelle ligne ferroviaire alpine relèvera-t-elle le pari politique, pris dans les années 1990, de permettre le transfert du trafic marchandises de la route sur le rail? L’avis du fondateur de l’Observatoire universitaire de la mobilité, Giuseppe Pini. Image: ©STEEVE IUNCKER GOMEZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pensé il y a plus de vingt ans, le Gothard représente-t-il toujours l’avenir?
Certains voient dans le rail une technologie périmée ou évoquent des autoroutes intelligentes ou des tunnels souterrains qui traversent le plateau suisse grâce à des trains à sustentation magnétique. Mais il est peu probable de voir ces convois en service avant cinquante ans. Il est impossible de déterminer avec précision à quoi ressemblera la mobilité en 2080.

Le transfert de la route au rail, vous y croyez?
On peut mener toutes les politiques de transport et de mobilité que l’on veut, les entreprises, de même que les individus, adoptent les stratégies en fonction de l’utilité qu’ils en retirent. Bien sûr, ce tunnel offre des opportunités, mais il faudra voir si, en termes de coûts ou de temps, l’option du rail en vaut la peine. Pour le trafic voyageurs, ce n’est pas la demi-heure gagnée qui décidera un individu à entreprendre un voyage pendulaire vers ou depuis le Tessin. Le fait qu’il puisse choisir de prendre un train toutes les heures aura déjà plus d’influence.

Et pour le fret?
Pour le trafic de marchandises, le chargement sur le rail ne sera pas optimal dans toutes les situations. Pour les denrées périssables qui ont besoin d’un transport réfrigéré, par exemple. Il ne le sera pas non plus pour un camion qui doit livrer des marchandises à plusieurs destinations différentes. Et encore moins pour les entreprises industrielles produisant à flux tendu, comme les constructeurs automobiles qui se font livrer en petite quantité mais à forte fréquence des pièces en provenance d’usines différentes. En clair, le succès du ferroutage est dépendant de bien d’autres facteurs que de l’ouverture d’un beau tunnel, et jamais on n’atteindra les 100% pour les raisons citées plus tôt. Après, la marge de progression varie selon les pays.

C’est-à-dire?
En Suisse, la part du rail représente déjà 70% du trafic marchandises, les poids lourds 30%. Il sera donc bien difficile de faire mieux. Si le tunnel de base du Gothard permet une marge future de progression de 5 à 7%, ce sera déjà beaucoup! Celle-ci sera bien plus facile pour des pays comme la France ou l’Autriche, qui ont la proportion exactement inverse en faveur de la route.

Encore faut-il que nos voisins mettent en place les infrastructures nécessaires…
Exactement. L’Italie a pris du retard, l’Allemagne encore plus. Au-delà de Lugano, les capacités du rail ne sont clairement pas suffisantes. Après avoir passé le Gothard très rapidement, on perdra du temps pour se rendre en Italie. En Allemagne, ce sont les capacités du couloir du Rhin qu’il faut encore développer. C’est bien joli de pouvoir traverser le Gothard plus vite, mais, si c’est pour perdre du temps ailleurs, son utilité pour le voyageur ou le transporteur diminue. Encore moins si c’est pour se retrouver devant une usine à livrer fermée.

Comment ça?
Depuis les années 1980, en Suisse, afin de garantir des conditions de concurrence rail-route équitables, le trafic voyageurs ferré est prioritaire la journée. Le trafic de marchandises circule de nuit. Si un chargement arrive au petit matin avant l’ouverture de son point de livraison, le gain de temps sera, là encore, inutile. Cela peut sembler absurde, mais il s’agit d’un tas de petites choses à mettre dans la balance.

Aujourd’hui, relancer un tel projet aurait-il un sens?
Je pense que ce tunnel de base est aujourd’hui nécessaire par les capacités qu’il fournit. Le trafic des marchandises est toujours plus important, simplement parce que la demande augmente grâce à la spécialisation des productions. Nous avons besoin de cette voie de passage à travers les Alpes reliant deux ports, Rotterdam et Gênes, très importants pour l’UE. Les Tessinois, qui voient défiler les camions plus les voitures de frontaliers, ne diront pas le contraire.

Créé: 01.06.2016, 21h46

Articles en relation

Et soudain, deux trains s’élancent sous la montagne

Inauguration du Gothard L’ouverture de la ligne de base s’est déroulé aux deux embouchures du tunnel. Les invités du nord et du sud se sont rejoints dans une ambiance bon enfant. Plus...

Derrière l’hommage, les promesses de l'Union européenne

Tunnel du Gothard Angela Merkel, Matteo Renzi et François Hollande saluent cette Suisse où «le rêve européen a trouvé sa réalité». Une belle occasion de réchauffer des relations tendues. Plus...

Petit tour en train pour Merkel, Hollande, Renzi et les autres

Le train emportant Angela Merkel, François Hollande, Matteo Renzi et Johann Schneider-Ammann à travers le tunnel du Gothard est arrivé à bon port. Plus...

«Ce tunnel, c’est le marché conclu pour éviter le flot des camions»

Gothard Spécialiste du rail, Michel Béguelin rappelle la genèse des NLFA et les enjeux pour la Suisse et l'Europe. Plus...

Le Gothard, une passion suisse

Histoire A la veille de l'inauguration du plus long tunnel du monde, découvrez une aventure hors du commun au travers de notre webdocumentaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.