Le suicide assisté pourrait se faire en prison

SuisseLa Conférence des directeurs cantonaux de justice et police a donné son feu vert à la possibilité d''une assistance au suicide en prison.

A l'heure actuelle, la Suisse ne réglemente pas la question du suicide assisté en prison.

A l'heure actuelle, la Suisse ne réglemente pas la question du suicide assisté en prison. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le suicide assisté en prison devrait sur le principe être possible en Suisse. Ce projet a franchi une nouvelle étape, la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police (CCDJP) ayant pu s'entendre sur cette question.

Le secrétaire général de la CCDJP, Roger Schneeberger, a confirmé mardi à Keystone-ATS une information du portail en ligne watson.ch. Des divergences existeraient toutefois sur les conditions qui doivent être remplies pour un suicide assisté en prison. Le Centre suisse de compétence en matière d'exécution des sanctions pénales (CSCSP) a été chargé d'établir une synthèse des résultats de la consultation. Une recommandation aux cantons doit être établie sur cette base.

En automne, l'assemblée plénière de la CCDJP devrait adopter ces recommandations. Selon Roger Schneeberger, c'est seulement après cette réunion que la question de savoir quand l'euthanasie dans le système carcéral devrait être possible sera traitée. Des questions restent encore en suspens, notamment concernant les responsabilités, le lieu du décès et la procédure.

Mêmes lignes directrices

A l'heure actuelle, la Suisse ne réglemente pas cette question. Un document-cadre, mis en consultation à l'automne dernier, rappelle que les détenus ont les mêmes droits et obligations au regard de la loi que les personnes en liberté. Le désir de mourir d'un prisonnier capable de discernement doit donc être pris en considération. Les détenus doivent donc se voir accorder le droit de recourir à une organisation d'aide au suicide.

Selon le document-cadre, les mêmes lignes directrices doivent s'appliquer à la demande d'un détenu qu'au reste de la population: les symptômes de sa maladie et/ou ses limitations fonctionnelles doivent être la cause d'une souffrance jugée insupportable.

En outre, la personne concernée doit être capable de discernement jusqu'à la prise du médicament létal. Par ailleurs, l'autorisation de recourir à une organisation d'aide au suicide dans le système carcéral ne devrait être accordée qu'en dernier recours, précise ce document. (ats/nxp)

Créé: 04.02.2020, 14h11

Articles en relation

Suicide assisté: un grand défi pour les prêtres

Suisse La Conférence des évêques suisses (CES) a établi un document pour guider les agents pastoraux qui accompagnent les personnes en fin de vie. Plus...

Le Parlement planche sur le suicide assisté en EMS

Valais La révision totale de la loi valaisanne sur la santé est en train de clarifier les conditions du suicide en EMS. Plus...

La révision totale de la loi sur la santé divise

Valais Le parlement valaisan est partagé sur l'inscription, dans la loi, du suicide assisté dans les EMS. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.