Passer au contenu principal

Répression en SyrieLa Suisse allonge la liste des personnes sanctionnées

La Suisse a augmenté une nouvelle fois le nombre des personnes en Syrie faisant l’objet de restrictions de déplacements, en ajoutant 34 personnes sur la liste, qui en compte désormais 108, selon Berne.

Le ministre de l'Economie Mohammed Nidhal al-Shaar (g), figure sur la liste de la Suisse.
Le ministre de l'Economie Mohammed Nidhal al-Shaar (g), figure sur la liste de la Suisse.
AP, AFP

Parmi ces personnes figurent le ministre des Finances, Mohammad Al-Jleilati, et le ministre de l’Economie, Dr Mohammad Nidal Al-Shaar.

Des militaires de haut rang, ainsi que des hauts fonctionnaires du ministère de l’Intérieur figurent sur cette nouvelle liste, comme Fahid Al-Jassim, chef d’Etat-major, pour son implication dans les violences commises à Homs, et Ibrahim Al-Hassan, vice-chef d’Etat-major, pour les mêmes faits.

La Suisse a aussi rajouté 19 noms sur la liste des personnes morales sanctionnées, qui compte désormais 38 noms.

Incitation à la violence

Parmi les nouvelles sociétés concernées, figure la chaîne de télévision Cham Press TV qui "participe à des campagnes de désinformation et d’incitation à la violence contre les manifestants" en Syrie.

Le quotidien Al Watan est également visé ainsi que le CERS (centre d’études et de recherches syrien).

Certaines banques ont aussi été rajoutées, comme l’Industrial Bank, la Popular Credit Bank, la Saving Bank, l’Agricultural Cooperative Bank, et la Syrian Lebanese Commercial Bank, sans compter des sociétés pétrolières comme Ebla Petroleum Company ou Dijla Petroleum Company.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.