La Suisse bloque des comptes du président du congrès brésilien

Scandale PetrobrasCette annonce intervient un mois après le lancement formel de poursuites par le parquet brésilien contre M. Cunha, soupçonné d'avoir touché des pots-de-vin de Petrobras

Le président du Congrès des députés brésilien, Eduardo Cunha, est visé dans le scandale de corruption autour du groupe pétrolier Petrobras.

Le président du Congrès des députés brésilien, Eduardo Cunha, est visé dans le scandale de corruption autour du groupe pétrolier Petrobras. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La justice suisse a bloqué des comptes bancaires du président du Congrès des députés brésilien Eduardo Cunha, visé dans le scandale de corruption autour du groupe pétrolier Petrobras, a annoncé mercredi soir le parquet brésilien.

«Le parquet suisse a adressé au Brésil ses procès verbaux d'enquête contre le président de la chambre des députés pour des faits présumés de blanchiment d'argent et de corruption passive», après avoir gelé des avoirs sur des comptes bancaires, a indiqué le ministère public brésilien dans un communiqué.

Adversaire de la présidente Dilma Rousseff

Cette annonce intervient un mois après le lancement formel de poursuites par le parquet brésilien contre M. Cunha, soupçonné d'avoir touché des pots-de-vin de Petrobras par au moins cinq des personnes mises en examen dans le cadre de ce méga-scandale de corruption.

Bien que membre du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB, centre-droit), l'instable mais incontournable principal allié parlementaire du Parti des travailleurs (PT, gauche au pouvoir), Eduardo Cunha est l'un des plus farouches adversaires de la présidente Dilma Rousseff, au plus bas dans les sondages.

De par ses fonctions, il lui revient de filtrer en les classant ou non une dizaine de demandes de procédures de destitution de Mme Rousseff adressées au parlement, ce qui en fait l'un des principaux protagonistes de la crise politique qui déchire le géant émergent d'Amrique du sud, plongé en pleine récession économique.

Extradition impossible

Immédiatement après sa mise en cause par le parquet fédéral brésilien, qu'il attribue à une machination de la présidence, M. Cunha avait, sans quitter son parti, annoncé qu'il rejoignait à titre personnel les rangs de l'opposition.

«Les informations du ministère public suisse font état de comptes bancaires au nom de M. Cunha et de membres de sa famille», a ajouté le parquet brésilien.

«Les investigations ont commencé là-bas (en Suisse) en avril de cette année et des actifs ont été bloqués» sur ces comptes, souligne le communiqué sans en préciser les montants.

En adressant les fruits de son enquête à la justice brésilienne, le parquet suisse renonce par la même occasion à poursuivre lui-même M. Cunha, quatrième personnage de l'Etat brésilien, selon le parquet brésilien.

«Brésilien de naissance, Eduardo Cunha ne peut être extradité en Suisse. Le transfert de l'enquête (suisse) est un procédé de coopération internationale qui garantit la continuité de l'enquête», explique le communiqué.

Deux milliards de pertes

M. Cunha est formellement soupçonné par la justice brésilienne d'avoir reçu cinq millions de dollars de Petrobras en marge d'un contrat pour la construction de navires sondes, entre 2006 et 2012.

L'enquête tentaculaire sur Petrobras a révélé que les plus puissantes entreprises de construction du pays se sont réparties entre 2004 à 2014 les marchés de la compagnie pétrolière en payant à tour de rôle des pots-de-vin à certains de ses directeurs en échange de contrats, eux-mêmes surfacturés de 1 à 3%. Petrobras a ainsi perdu plus de deux milliards de dollars.

Une partie de ces commissions servait à verser des pots-de-vin à des députés et sénateurs de la coalition au pouvoir.

(afp/nxp)

Créé: 01.10.2015, 06h17

Articles en relation

Transocean nie toute irrégularité avec Petrobras

Pétrole Transocean est l'une des nombreuses entreprises citées dans le cadre de l'enquête sur ce scandale de pots-de-vin qui a entaché Petrobras entre 2004 et 2014. Plus...

Le scandale Petrobras sape le financement politique

Brésil Les magistrats de la Cour suprême brésilienne ont jugé «inconstitutionnelle la contribution de personnes juridiques aux campagnes électorales». Plus...

Scandale Petrobras: l'ex-président Lula sur la sellette

Brésil L'ancien président du Brésil pourrait être interrogé par la justice. Il est soupçonné d'«avoir bénéficié» du réseau de corruption entourant la compagnie Petrobras. Plus...

Le Brésil se félicite de l’ardeur helvétique dans le cas Petrobras

Blanchiment Editorial Les relations sont au beau fixe entre Berne et Brasília. Avec l’Ukraine, l’argent reste bloqué depuis un an. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.