La Suisse n’est plus candidate à l’adhésion

UELe parlement a intimé l’ordre au Conseil fédéral d’écrire à Bruxelles pour annuler sa requête vieille de… 24 ans.

La Suisse avait déposé sa demande d’adhésion en 1992, juste avant le vote crucial sur l’Espace économique européen.

La Suisse avait déposé sa demande d’adhésion en 1992, juste avant le vote crucial sur l’Espace économique européen. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le parlement fait le ménage. Mercredi, le Conseil des Etats a suivi le Conseil national et intimé l’ordre au Conseil fédéral d’écrire à l’Union européenne. Il devra lui dire que la Suisse retire formellement sa demande d’adhésion qu’elle avait déposée en 1992, juste avant le vote crucial sur l’Espace économique européen.

«Faut-il encore mettre de l’huile sur le feu en retournant le couteau dans la plaie et dire à l’UE qu’en fin de compte on n’est pas candidat?»

Le vote a été très clair, puisqu’il a été entériné par 27 voix contre 13. L’UDC, le PLR et une partie du PDC ont soutenu la démarche demandée par une motion du conseiller national Lukas Reimann (UDC/SG). Le débat a été plutôt vif et la Commission de politique extérieure, à une voix près, recommandait même de ne pas suivre cette démarche. «Bizarre, inutile et ridicule», voilà comment la rapporteuse de la Commission, Anne Seydoux-Christe (PDC/JU) a assassiné la motion. Pourquoi? Selon elle, la demande d’adhésion est depuis longtemps «sans objet», d’autant plus qu’elle a été adressée à l’ancienne Communauté européenne. «La Suisse n’est plus traitée comme un pays candidat mais comme un pays tiers.»

Didier Berberat (PS/NE) trouve aussi la démarche contre-productive. «Faut-il encore mettre de l’huile sur le feu en retournant le couteau dans la plaie et dire à l’Union européenne qu’en fin de compte on n’est pas candidat? Faut-il leur signaler qu’on les aime bien mais pas trop quand même?» Berberat répond par la négative et demande qu’on sorte de ce faux débat. «Si on votait demain sur l’adhésion à l’UE, il n’y aurait que 8 ou 9% des gens à dire oui.» Son collègue Christian Levrat dénonce aussi le «petit cirque politique» de l’UDC à ce sujet.

Karin Keller-Sutter (PLR/SG) passe à la contre-attaque. «Il s’agit avant tout de tirer un trait sur cette histoire. Le Conseil national l’a accepté par 126 voix contre 46. Nous devons aussi montrer clairement que nous ne voulons pas d’une adhésion. C’est important dans la mesure où on discute d’un accord institutionnel avec l’UE pour les Bilatérales, sur lequel je suis d’ailleurs sceptique. Mais si les opposants brandissent constamment le spectre d’une adhésion, ce sera encore plus difficile.»

«Nous devons montrer clairement que nous ne voulons pas d’une adhésion»

Thomas Minder (UDC/SH), lui, ne fait pas dans la nuance. «Il n’y a plus que quelques fous qui veulent nous mener dans l’UE. Il n’existe aucun argument valable pour ne pas retirer officiellement cette demande d’adhésion. Comme je l’ai dit, seuls quelques euroturbos veulent vendre la Suisse à l’UE.» Il exige donc qu’on respecte enfin la volonté populaire et suggère au Conseil fédéral de communiquer le retrait lors de la prochaine fête nationale du 1er Août.

«Dans un pays aussi merveilleux que le nôtre, c’est tous les jours fête, grince Didier Burkhalter, le ministre des Affaires étrangères. Et vous ne pouvez pas, M. Minder, traiter de fous tous les gens qui ne partagent pas votre opinion. C’est une question de respect.» Il répète que cette motion est inutile, car sans objet. Mais si la motion est cependant adoptée, le Conseil fédéral se pliera à la décision. A une nuance près. «Nous réaffirmerons aussi que nous sommes fermement décidés à renforcer la sécurité du droit, à renforcer et à moderniser la voie bilatérale entre la Suisse et l’Union européenne, dans l’intérêt commun.» Une façon de faire la promotion de l’accord institutionnel pour lequel il milite. (24 heures)

Créé: 15.06.2016, 20h54

Articles en relation

Le «comité contre l'adhésion rampante à l'UE» s'étoffe

Résistance Le «comité contre une adhésion rampante à l'Union européenne» (UE) regroupe aujourd'hui 110 organisations et 3565 membres individuels. Plus...

Bruxelles veut continuer le processus d'adhésion

Union Européenne Après l'entrée de la Croatie dans l'UE, la Commission européenne tente de parer à l'enlisement du processus d'élargissement, en prônant notamment une relance avec la Turquie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.