La Suisse doit envisager l'abandon du glyphosate

Agriculture À la demande du Conseil national, le Conseil fédéral va produire un rapport sur l'éventualité d'un abandon progressif du pesticide controversé.

Le glyphosate est classé «cancérogène probable» par un organe de l'OMS.

Le glyphosate est classé «cancérogène probable» par un organe de l'OMS. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse doit envisager un abandon progressif du glyphosate. Par 95 voix contre 78 et 13 abstentions, le Conseil national a soutenu mercredi un postulat d'Adèle Thorens (Verts/VD) demandant au Conseil fédéral d'établir un rapport sur la question.

Arrêt progressif

Ce rapport étudiera notamment les chances et les risques d'un abandon progressif du glyphosate. Les alternatives à l'utilisation de ce produit phytosanitaire seront en particulier présentées du point de vue de leur potentiel et de leur impact techniques, écologiques et économiques.

Le Conseil fédéral est prêt à étudier l'opportunité et les modalités d'un éventuel arrêt progressif, a rappelé le ministre de l'Economie. L'Union suisse des paysans et Agroscope travaillent déjà à des plans de sortie pour la Suisse, a confirmé M. Schneider-Ammann en réponse à une question d'un député. Mais en l'état, le ministre ne voit pas de raison de justifier le retrait de cette substance.

Selon Johann Schneider-Ammann, il est démontré qu'une interdiction d'utilisation en Suisse n'aurait qu'une influence marginale sur le niveau de résidu de glyphosate dans les denrées alimentaires disponibles sur le marché suisse.

Une grosse minorité de droite ne voulait pas d'un rapport. Ne pas pouvoir utiliser le glyphosate, c'est enlever les mauvaises herbes avec un tracteur, ce qui entraînerait une hausse énorme des émissions de CO2, a relevé en vain Marcel Dettling (UDC/SZ). Il faudrait aussi s'attendre à une baisse des rendements de 40%.

Produit contesté

Le glyphosate est un produit très contesté. Il est classé «cancérogène probable» par le Centre international de recherche sur le cancer, un organe de l'OMS.

Pour ses adversaires, le principe de précaution devrait prévaloir, mais les herbicides concernés représentent un marché d'environ un milliard d'euros et la substance active est plébiscitée par les agriculteurs pour son efficacité et son faible coût. La commission européenne a adopté en décembre la nouvelle licence du glyphosate, après plus de deux ans de bataille autour de cet herbicide. (ats/nxp)

Créé: 26.09.2018, 17h23

Articles en relation

Glyphosate: ses valeurs limites bientôt relevées?

Suisse Le Conseil fédéral prévoit d'assouplir les valeurs limites de 25 pesticides, selon la télévision alémanique. Elles pourraient même être multipliées par 100. Plus...

Glyphosate: Monsanto condamné, Bayer se défend

Etats-Unis Monsanto devra payer 290 millions de dollars à un jardinier atteint d'un cancer développé après usage du Roundup. Bayer, propriétaire du géant de l'agrochimie, se défend. Plus...

Le Conseil d'État veut diminuer le glyphosate

Canton de Vaud Tous les domaines viticoles, agricoles et arboricoles de l’État devront renoncer totalement au glyphosate dès 2022. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...