Passer au contenu principal

StratégieLa Suisse est encore loin de l'objectif en matière d'énergie

Le Conseil fédéral doit accélérer le processus sur le tournant énergétique, selon les organisations environnementales qui ont présenté ce lundi un instrument de mesure.

ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

Les organisations environnementales maintiennent la pression sur le Conseil fédéral pour accélérer le tournant énergétique. Elles ont présenté lundi un instrument de mesure qui montre, à l’aide de plusieurs indicateurs, que la Suisse est encore loin de l’objectif.

Parmi les sept principaux thèmes retenus, les progrès oscillent entre 0% (sortie du nucléaire et efficacité énergétique) et 68% (sécurité d’approvisionnement), a indiqué l’Alliance-Environnement, qui regroupe Greenpeace, Pro Natura, la Fondation suisse de l’énergie, le WWF et l’Association transports et environnement (ATE).

Cet index, qui sera actualisé chaque année et qui peut être consulté sur Internet, a été développé en collaboration avec un bureau indépendant d’ingénieurs et de conseil. Il permet de suivre la progression du tournant énergétique entamé par la Suisse. Si on est encore loin du compte et que le processus prendra plusieurs décennies, «la dynamique actuelle devrait permettre d’aller de l’avant», estime néanmoins l’Alliance-Environnement.

Tempo plus rapide exigé

Lors de la procédure de consultation achevée en janvier, cette alliance a soutenu la Stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral, mais elle exige un tempo plus rapide. Plutôt qu’à l’horizon 2050, comme proposé par Berne, elle milite pour le passage à une énergie à 100% indigène et renouvelable en 2035 au plus tard. Le message du gouvernement au Parlement est attendu pour l’automne.

Pour la sécurité d’approvisionnement (68%), les aspects économiques et sociaux (67%) et la protection du climat (65%), les valeurs de l’index sont relativement bonnes, estiment les grandes organisations environnementales. Et d’ajouter que le tournant est économiquement supportable et augmentera même la valeur ajoutée dans le pays, grâce notamment aux investissements qui y sont liés.

Progrès «misérables» dans certains domaines

L’Alliance-Environnement juge en revanche «misérables» les 0% relatifs à la sortie du nucléaire et à l’efficacité énergétique. Pour l’atome, l’objectif de l’alliance est de mettre hors service les centrales âgées de plus de 40 ans. Or aucune des plus anciennes du pays - Beznau I a 44 ans, Beznau II 41 ans et Mühleberg 40 ans - n’ont été débranchées à ce jour, le Conseil fédéral étant favorable à les laisser fonctionner tant qu’elles sont sûres.

En matière d’efficacité énergétique, les organisations environnementales estiment que le gaspillage va se poursuivre dans les ménages, le trafic individuel et les bâtiments si l’on ne met pas en place des réglementations supplémentaires. L’augmentation de l’efficacité ne suffit en effet pas à basculer vers le développement durable en raison de la croissance continue de l’économie, des transports et de la population.

Pour améliorer l’efficacité énergétique, l’Alliance-Environnement propose une série de mesures. Par exemple une taxe d’incitation rétrocédée qui doit sanctionner les gaspilleurs et récompenser les consommateurs efficaces, l’introduction dans la constitution d’un objectif contraignant pour la consommation d’énergie, des nouvelles incitations pour les bâtiments ou le remplacement des chauffages électriques.

Une dynamique qui se dessine

Les thèmes biodiversité (12%) et énergies renouvelables (7%) font à peine meilleure figure dans l’index. Mais une dynamique importante se dessine, souligne l’Alliance-Environnement. Selon elle, uniquement avec les projets de production de courant renouvelable annoncés à ce jour, on produirait davantage d’électricité que les centrales nucléaires de Mühleberg et Beznau I et II.

S’agissant de la biodiversité, l’alliance relève notamment le stock de bois mort insuffisant dans les forêts. Or cette ressource représente un biotope important. Il faut donc utiliser le bois de manière plus efficiente et l’exploiter de manière équilibrée dans le pays. L’organisation dénonce aussi la destruction des derniers ruisseaux intacts pour y installer des petites centrales hydrauliques dont la production est jugée «insignifiante».

www.index-tournantenergetique.ch

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.