La Suisse importe plus de pétrole du Kazakhstan

EnergieDepuis le début de l'année, la Suisse a importé 90% de son pétrole auprès de deux pays, le Nigeria et le Kazakhstan, et la part du second s'accroit après un recul en 2015.

Le pétrole kazakh est également très prisé en Chine.

Le pétrole kazakh est également très prisé en Chine. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Nigeria reste cette année encore le plus gros fournisseur de pétrole brut de la raffinerie de Cressier (NE). Les livraisons du Kazakhstan, qui fournissaient en 2014 presque la même quantité de pétrole en Suisse que le pays africain, sont, elles, reparties à la hausse après une chute en 2015.

Le plus gros exportateur de pétrole d'Afrique a fourni en 2016 plus d'un tiers des importations de pétrole de la Suisse. Le Nigeria demeure cette année encore largement en tête avec une part de 45% durant les cinq premiers mois de l'année, selon les statistiques de l'Administration fédérale des douanes.

Ce pays très peuplé - plus de 180 millions d'habitants - souffre pourtant d'une mauvaise gestion et de problèmes de corruption. Des changements sont en revanche intervenus parmi les autres fournisseurs.

Le Kazakhstan gagne à nouveau du terrain. Ce pays d'Asie centrale contribuait à seulement 8% des importations de pétrole de la Suisse en 2015. Sa part a rebondi à 16% l'an dernier et s'envole carrément à 45% durant les cinq premiers mois de 2017. Depuis le début de l'année, la Suisse a importé 90% de son pétrole auprès de deux pays, soit le Nigeria et le Kazakhstan.

Importations des Etats-Unis en repli

Les importations en provenance du Mexique et des Etats-Unis ont en revanche nettement diminué. Ensemble, ces deux pays fournissaient en 2016 encore un tiers des achats de pétrole brut de la Suisse.

Cette année toutefois, la raffinerie de Cressier - unique installation de Suisse depuis la fermeture du site de Collombey (VS) - a importé seulement de faibles quantités du Mexique et des Etats-Unis. Sans raison apparente.

«Le prix et la qualité sont déterminants pour le choix du fournisseur», explique David Suchet, responsable de la communication de l'Union pétrolière (UP).

Effondrement de la Libye

Les parts de chaque pays de provenance peuvent varier considérablement d'une année à l'autre, fait remarquer le porte-parole. Dans le cas des Etats-Unis, on constate que leur production de brut a beaucoup augmenté ces dernières années.

La Libye a par contre vu sa production s'effondrer en raison des troubles politiques. Ce qui s'est répercuté avec un certain décalage sur la Suisse. En 2014, le pays d'Afrique du Nord était le principal fournisseur de la Suisse avec une part de plus de 35%. En 2016, le pétrole libyen ne représentait plus que 2% des importations helvétiques.

La cause directe de ce plongeon est la fermeture en avril 2015 de la raffinerie de Collombey, propriété du fonds étatique libyen Libyan Investment Authority. Celui-ci exploite sous la marque Tamoil en Europe des stations-service et aussi des raffineries.

Pas de pétrole saoudien

La Suisse a importé du pétrole auprès d'une douzaine de pays ces dernières années. L'Arabie saoudite est un absent de premier plan sur la liste, alors qu'il s'agit pourtant du plus gros producteur de pétrole au monde.

La raison n'est pas une question de propriété, mais de qualité. La Suisse raffine seulement du pétrole léger, pauvre en soufre, qui peut être transformé en produits légers tels que l'essence, le diesel ou le mazout, explique David Suchet. L'Arabie saoudite extrait principalement du pétrole lourd, riche en soufre, meilleur marché, mais en même temps plus coûteux à raffiner.

Le fait que la Suisse raffine uniquement du brut léger ne signifie pas que le carburant vendu en Suisse ne provient pas de pétrole saoudien. La raffinerie de Cressier couvre seulement un quart de la demande nationale en produits pétroliers.

Trois quarts sont importés. Plus de la moitié des livraisons de produits pétroliers viennent d'Allemagne. Le reste provient de France, d'Italie, des Pays-Bas et de Belgique. (ats/nxp)

Créé: 24.07.2017, 10h30

Articles en relation

La production serait limitée neuf mois de plus

Pétrole L'Irak et l'Arabie saoudite sont d'accord pour prolonger la limitation de production de pétrole. Une réunion des membres de l'OPEP a lieu jeudi. Plus...

La production de pétrole a fortement baissé

Or noir Les accords de limitation ont pesé sur la production mais la remontée des prix devrait toutefois encourager l'activité d'extraction aux Etats-Unis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.