Passer au contenu principal

La Suisse a aussi eu son incendie historique à Lucerne

Le plus ancien pont d’Europe sur pilotis était parti en flammes. Il était connu de millions de touristes et a été pleuré jusqu’au Japon.

Voici une vue partielle du pont en bois couvert de la Chapelle, à Lucerne, le plus vieux pont en bois d'Europe, deux semaines après l'incendie qui l'a ravagé dans la nuit du 17 au 18 août 1993.
Voici une vue partielle du pont en bois couvert de la Chapelle, à Lucerne, le plus vieux pont en bois d'Europe, deux semaines après l'incendie qui l'a ravagé dans la nuit du 17 au 18 août 1993.
Philippe Maeder

D’accord, le célèbre pont de la Chapelle, à Lucerne, n’a pas la même aura mondiale que la cathédrale Notre-Dame. Mais quand un gigantesque incendie l’a ravagé dans la nuit du 17 au 18 août 1993, l’émotion était grande en Suisse et même dans le monde. On a pleuré le plus ancien pont d’Europe sur pilotis jusqu’au Japon. Il faut dire que le chef-d’œuvre médiéval de 200 mètres de long, construit en 1333, drainait chaque année des millions de touristes.

Il n’y a pas que le pont piétonnier couvert qui a brûlé. Le feu a détruit ou endommagé 78 des 111 tableaux historiques qui ornaient l'édifice. Heureusement, les services de conservation de la Ville de Lucerne avaient fait photographier minutieusement chacune de ces peintures un an plus tôt. L’origine du sinistre? Elle reste largement mystérieuse. La police suppose qu’un mégot jeté négligemment dans une embarcation amarrée près d’un pilier du pont a provoqué la catastrophe.

Toujours est-il que les autorités ne se sont pas laissé abattre. Comme le président français Emmanuel Macron l’a fait lundi soir, elles ont annoncé immédiatement que le pont serait reconstruit. Et les travaux ont été menés à la vitesse grand V puisque Lucerne a mis moins de six mois pour le reconstruire. Il a été renoncé à un traitement chimique du bois. Et le nouveau pont n’a pas été bruni artificiellement pour faire vieux. On a laissé le soleil et le temps faire leur œuvre.

L'assurance a payé les deux tiers des frais

Les travaux ont coûté quelque 3 millions de francs, dont 2 millions à la charge de l’assurance. Les dons ont rapporté près d’un demi-million de francs. On est donc bien dans une autre dimension que celle où se trouve Notre-Dame. Celle-ci a déjà reçu la promesse d’un don de 100 millions de la part d'une grande fortune de France. Les travaux de reconstruction et de restauration de la cathédrale devraient prendre bien plus longtemps. Entre dix et vingt ans.

À quelque chose malheur est bon. Outre la formidable mobilisation de tous pour la reconstruction du pont, l’incendie a eu un effet positif. «Il s'est avéré une aubaine touristique incroyable», témoignait Kurt Illi, directeur de l'Office du tourisme de Lucerne, lors de l’inauguration du nouvel édifice. «Une occasion unique de faire parler de la ville.» C’est tout le mal qu’on souhaite à la cathédrale Notre-Dame quand elle renaîtra de ses cendres.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.