La Suisse va négocier avec la France un accès satellite

Sécurité Berne va engager des négociations avec Paris pour accéder à des images satellite de grande qualité.

La France est leader en Europe en satellites d'observation de la terre.

La France est leader en Europe en satellites d'observation de la terre. Image: archive/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse va engager des négociations avec la France pour avoir accès à des images satellite de haute qualité. Le système français est élaboré à des fins de renseignements. Le traité devra être compatible avec la neutralité.

Le Conseil fédéral a chargé mercredi le Département fédéral de la défense (DDPS) d'ouvrir des négociations avec Paris. La France est leader en Europe en satellites d'observation de la terre. Elle est en train de développer un nouveau système de satellites d'observation militaire, dénommé Composante spatiale optique (CSO).

Le premier des trois satellites prévus a été mis en orbite fin 2018. Le système et ses stations terrestres devraient être pleinement opérationnels en 2022. La France offre aux pays européens la possibilité de participer à ce système.

Dépourvue de capacités satellitaires propres, la Suisse s'appuie sur des images et des données provenant de fournisseurs commerciaux. Le CSO lui permettrait d'obtenir des informations de régions ou d'objets qui l'intéressent.

Compatible avec la neutralité

Selon le Conseil fédéral, une participation à un tel système est compatible avec la neutralité. Un éventuel traité devra tenir compte de ce principe. Une clause de suspension devra permettre d'interrompre immédiatement et à tout moment la collaboration pour des impératifs liés à la neutralité de la Suisse.

Le DDPS informera régulièrement les commissions parlementaires sur l'avancement du projet. Le cas échéant, le Conseil fédéral soumettra un traité au Parlement pour approbation.

Ce type de reconnaissance optique renforce l?indépendance dans les décisions de politique de sécurité. De plus, ces données peuvent être utilisées en appui de missions de promotion militaire de la paix et d'aide humanitaire, ou en cas de catastrophe naturelle. Pour le Conseil fédéral, le CSO apporte des avantages supérieurs à ceux du programme européen Copernicus. (ats/nxp)

Créé: 04.09.2019, 13h45

Articles en relation

Un satellite va observer les gaz à effet de serre

Japon Le satellite Ibuki 2 a été lancé lundi matin. Il est spécialement équipé pour observer la présence des gaz à effet de serre et leur impact sur notre planète Plus...

Un satellite franco-chinois pour scruter le climat

Espace Un satellite franco-chinois va observer les océans dans le but de mieux prédire les effets du changement climatique. Plus...

Départ d'un satellite pour étudier Mercure

Espace Le satellite BepiColomboa décollé samedi de Kourou à bord d'une fusée Ariane 5 pour étudier la planète Mercure. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.