«La Suisse a perdu 30 milliards à cause d'une sottise»

Initiative sur l'orIl faut renflouer les stocks de la Banque nationale qui n'a plus assez de lingots d'or, plaide le conseiller national UDC Yves Nidegger.

L'avocat et conseiller national Yves Nidegger (UDC/GE) soutient l'initiative sur l'or.

L'avocat et conseiller national Yves Nidegger (UDC/GE) soutient l'initiative sur l'or. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse a vendu 1300 tonnes d'or entre 2000 et 2005. Une erreur, estime le conseiller national UDC Yves Nidegger. La Banque nationale suisse (BNS) n'a selon lui plus assez de métal jaune dans ses actifs pour garantir la stabilité du franc suisse. Le Genevois en appelle donc à voter oui à «l'initiative sur l'or» le 30 novembre. Questions.

– Pourquoi voulez-vous fixer à 20% le stock d’or de la BNS, ni plus ni moins?
– Parce que cette proportion représente déjà quelque chose. Le cours de l’or a baissé au début des années 2000. La BNS avait alors décidé de tout vendre à un prix moyen de 16'000 francs le kilo. L’or a ensuite grimpé à 54'000 francs le kilo, et il est aujourd’hui à 38'000 francs. La Suisse a donc perdu environ 30 milliards en prenant une décision sotte. La première exigence de l’initiative est que cela ne se reproduise plus jamais.

– N’est-ce pas la preuve que le cours de l’or est lui aussi soumis à de fortes variations?
– Si on devait vivre une crise majeure de la dette bancaire et que par hypothèse l’euro ne valait plus rien, l’or vaudrait toujours quelque chose. Les banques centrales qui en ont pourraient émettre une nouvelle monnaie en l’adossant au métal. Les autres ne sauraient pas à quoi l’adosser. Dans la Rome antique, on pouvait acheter une toge en pourpre pour une once d’or, soit environ 1200 francs. C’est le prix que coûte un costard aujourd’hui. Le monde a changé, mais, mystérieusement, on peut toujours, pour cette même quantité d’or, s’acheter un bien d’une valeur comparable. Je ne suis pas sûr que dans 2500 ans on puisse acheter quoi que ce soit avec des euros.

– L’économie suisse profite des initiatives de la BNS. Pourquoi lui lier les mains?
– Si on réserve 20% du bilan de la BNS en or, il restera 80% pour jouer sur les marchés. Quand l’euro s’est trop déprécié en 2011, la BNS n’a pas eu d’autre choix que de baisser le franc pour fixer le taux de change à 1 fr. 20. Pour faire cela, elle a émis massivement du franc suisse en papier. Et, sur 500 milliards de francs, on en a converti 471 milliards en euros. Nous demandons un garde-fou, ce n’est pas la fin du monde pour l’indépendance de la BNS.

– Pourquoi ce clivage au sein de l’UDC?
– C’est un combat classique. D’une côté, l’aile économique, proche de l’industrie, qui voit surtout les facilités qu’offre l’arrimage du franc à l’euro. De l’autre, l’aile conservatrice et souverainiste qui tient à la notion de frontière.

– N’êtes-vous pas d’habitude un tenant de l’aile libérale?
– J’ai certes une conception libérale de l’économie, mais 20% d’or, cela me semble gérable. Et le rôle de la BNS ne se limite pas à la politique des prix, mais aussi à garantir la valeur du franc suisse.

Créé: 13.11.2014, 16h00

Articles en relation

L’UDC se déchire sur l’initiative de l’or

Votation du 30 novembre Les stocks de métal jaune de la Banque nationale divisent le parti blochérien. Résumé des enjeux de l'initiative. Plus...

La Banque nationale s’engage dans l’arène politique

Initiative sur l'or L’institut d’émission, fondé en 1907, lance des avertissements qui toucheront probablement les Vaudois et les Genevois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.