La Suisse «peut avancer plus vite» contre l'évasion fiscale

ParisLe ministre des Finances français Michel Sapin a estimé lundi que la Suisse «pouvait avancer plus vite» en matière de lutte contre l'évasion fiscale, lors d'une conférence de presse avec quatre homologues européens à Paris.

Le ministre des Finances français Michel Sapin s'exprimant lundi devant la presse à Paris.

Le ministre des Finances français Michel Sapin s'exprimant lundi devant la presse à Paris. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je ne cache pas qu'il subsiste des difficultés» dans les discussions sur ce sujet, a dit le ministre des Finances français Michel Sapin, pour qui il ne suffit pas de promouvoir une entraide entre les administrations des deux pays.

«Le seul débouché valable est l'échange automatique de données» entre administrations fiscales, et non l'échange à la demande, a-t-il affirmé.

La ministre suisse des Finances, Eveline Wilmer-Schlumpf, avait promis en mars de préparer un projet allant dans le sens d'un échange automatique avec la France, de manière à le présenter l'an prochain aux parlementaires suisses qui risquent de traîner les pieds pour ratifier.

La Suisse a été mise par l'OCDE sur une liste rassemblant les territoires les moins coopératifs en matière fiscale.

Autour de Michel Sapin, les ministres des Finances britannique, allemand, espagnol et italien ont eux rappelé leur promesse d'être «précurseurs» dans l'application de l'échange automatique de données fiscales, conformément au modèle déjà en vigueur aux Etats-Unis (FATCA) et développé au niveau international par l'OCDE.

Les cinq ministres ont promis de signer entre eux les accords bilatéraux permettant ces échanges avant une réunion consacrée à la transparence fiscale les 28 et 29 octobre à Berlin. Au total 44 pays dans le monde ont promis d'adopter rapidement ce système, afin d'échanger dès 2017 des données collectées à partir du 31 décembre 2015.

«Le message à ceux qui essaient d'éviter l'impôt est +Nous allons vous avoir+», a dit le Britannique George Osborne. L'Espagnol Luis de Guindos a lui jugé que «la lutte contre la fraude fiscale était encore plus importante» dans l'actuel contexte de rigueur budgétaire et de sacrifices demandés aux populations.

(afp/nxp)

Créé: 28.04.2014, 15h51

Articles en relation

La Suisse proche d'un accord fiscal avec les Etats-Unis

Conflit Le conflit fiscal qui agite les relations entre la Suisse et les Etats-Unis pourrait «très vite» trouver une solution, affirme Eveline Widmer-Schlumpf. Plus...

Deux sénateurs veulent faire extrader des banquiers suisses

Etats-Unis Carl Levin et John McCain veulent demander l'extradition de banquiers et conseillers financiers suisses qui ont aidé des contribuables américains à frauder le fisc. Plus...

Les comptes en Suisse non-déclarés massivement régularisés

Fisc français Selon l'Association suisse des banquiers (ASB), les clients français des banques suisses, qui ont des comptes non-déclarés, ont été nombreux à se mettre en règle avec le fisc de leur pays. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...