As suisse du web, il concourt en Russie

PortraitÀ 17 ans, le Romand Nicolas Ettlin défendra son pays au championnat du monde des métiers, qui démarre jeudi. Rencontre.

Nicolas Ettlin dans sa chambre juste avant son départ pour Kazan, en Russie.

Nicolas Ettlin dans sa chambre juste avant son départ pour Kazan, en Russie. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«J’ai envie de faire quelque chose d’utile pour les gens.» C’est la phrase que Nicolas Ettlin, champion d’informatique de 17 ans, nous répétera le plus souvent. Le natif de Cartigny, dans le canton de Genève, nous a reçus chez lui, quelques heures avant de s’envoler pour Kazan, en Russie, où il représente la Suisse aux WorldSkills. La compétition internationale de jeunes talents de moins de 23 ans s’ouvre ce jeudi.

L’année dernière, Nicolas Ettlin raflait la médaille aux SwissSkills à Berne, ce qui lui donne l’opportunité de se frotter à 33 autres apprentis provenant des quatre coins du globe en catégorie développement web.

Derrière ses lunettes, ses yeux s’allument dès qu’il parle de codage. «J’adore créer un site, une application ou un jeu à partir de rien. C’est satisfaisant d’avoir déjà un petit résultat au bout d’une heure.» Les «bugs» (soit les dysfonctionnements informatiques) ne le découragent pas: «On est à la fois le détective et le criminel: il faut trouver à quel niveau on a fait une erreur. C’est très satisfaisant à la fin. Je me souviens à un entraînement de concours, j’avais écrit un caractère de trop dans le code. Ce n’est que des semaines plus tard que j’ai trouvé le problème.»

Sa maturité professionnelle en poche, il débutera dès cette rentrée scolaire son année de passerelle pour rejoindre l’EPFL, avec le cours de mathématiques spéciales (CMS) de l’institution lausannoise. Pourquoi, au sortir du cycle, a-t-il opté pour une formation au Centre de formation professionnelle technique (CFPT, ancien CEPTA, à Petit-Lancy) plutôt qu’une filière gymnasiale, généralement conseillée aux bons élèves? «En dernière année, un conseiller d’orientation m’a parlé de toutes les perspectives qu’offre un CFC, des passerelles pour aller à l’université. Au final, avec la passerelle pour entrer à l’EPFL, ma formation aura duré aussi longtemps que le collège, mais avec bien plus de pratique en informatique qu’un collégien. C’était un avantage indéniable pour la compétition des SwissSkills, où quasi tous les participants sont dans une filière professionnelle.» Il déplore qu’en Romandie, la formation professionnelle ait mauvaise presse, contrairement à la Suisse alémanique, qui la valorise.

Application TPG saluée

«Faire quelque chose d’utile». C’est ce qui l’a motivé lorsqu’il a développé récemment une application grâce aux données des Transports publics genevois disponibles pour tous. Gratuite, son application «TPGwidget» permet notamment savoir «si le bus qui arrive aura le wi-fi ou non», une info que l’application officielle ne recense pas. Ou encore «si le véhicule est adapté aux fauteuils roulants, et combien de place il y a».

Ses efforts bénévoles lui ont d’ailleurs valu d’être invité au dépôt des TPG pour une visite accompagné de sa classe. «Des chauffeurs m’ont dit qu’ils aimaient bien l’application car ils pouvaient savoir exactement quel bus ils devaient prendre pour la relève.» Plus que du travail, cette application était aussi l’occasion pour Nicolas de se consacrer à sa deuxième passion en dehors du développement web: les transports publics. «C’est tellement énorme, l’organisation d’un tel réseau de transports, quel bus doit être où, etc. C’est fascinant!»

Sa mère, pédiatre, et son père, enseignant d’allemand et d’histoire au collège, s’étonnent des intérêts de Nicolas. «Personne n’a une telle passion pour l’informatique chez nous. Par contre, la capacité de concentration, s’asseoir à un bureau et travailler pendant des heures, Nicolas tient ça de sa mère, c’est sûr…», sourit Stefan Ettlin. Mélanie Stauffer Ettlin, quant à elle, évoque l’intérêt précoce de Nicolas pour l’informatique. «Quand on l’emmenait au magasin de jouets à 2 ou 3 ans, ça ne l’intéressait pas beaucoup. Par contre, les boutiques d’ordinateurs, c’était une autre histoire. Il regardait les câbles, cherchait à savoir comment ça fonctionnait. C’était terrible de le faire sortir de là!» Au jardin d’enfants, il suscitait l’admiration des éducatrices, qui le voyaient maîtriser le nom des couleurs et apprendre à reconnaître certaines lettres. «Il a appris à lire en autodidacte. L’informatique aussi.» Ainsi, à 4 ans, il développe son premier site web, avec l’aide de sa grand-mère.

Mais pour quelqu’un qui apprend en autodidacte, les cours d’informatique du CFPT sont-ils bien nécessaires? «Oui, car j’y ai appris d’autres langages que ceux que j’utilisais, le travail d’équipe, la gestion du travail, etc. Et puis le diplôme m’ouvre les portes», estime Nicolas Ettlin.

L’éthique avant tout

Pour quelqu’un qui a contribué à développer la version en ligne du jeu du Loup-Garou – plus d’un million d’utilisateurs –, les jeux vidéo représentent-ils aussi une passion? «Pas trop, sauf Minecraft, un jeu où il n’y a pas de parcours défini, où l’on peut créer le monde que l’on veut. Ça, j’y ai joué», se souvient Nicolas. Et son père de le tacler gentiment: «Son petit frère de 13 ans est un as à FIFA (ndlr: un jeu de football virtuel). Nicolas s’est pris 11 à 1. Là, il ne touche juste pas la bille!»

Ce qu’il veut faire plus tard? De l’informatique, bien sûr. Mais le domaine est encore flou. «Ce qui est important pour moi, c’est de développer des choses qui améliorent la vie des gens.» Il s’inquiète en revanche des dérives de certaines technologies. «Des développeurs de Microsoft avaient conçu les casques de réalité virtuelle. Pour finir, cette invention a été vendue à l’armée américaine, ce qui les a fâchés.» Une déception partagée par le Genevois, qui suit de près l’actualité.

Les résultats des WorldSkills seront annoncés lors de la cérémonie de clôture du 27 août après quatre jours d’épreuves.

Créé: 21.08.2019, 07h46

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...