«Face aux Big Data, Romandie-com ne régatait plus»

Information en ligneLe portail d’infos Romandie.com, bien que non déficitaire, a cessé de paraître au 1er janvier.

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Créé en 1998, Romandie.com a connu les premières années de l’info en ligne, «les plus belles» selon son fondateur Stéphane Pictet. «De 2000 à 2010, la demande était là, la pub aussi», explique-t-il. Le site avait connu ses heures de gloire durant cette décennie. Il était du reste enrichi d’une plateforme pour blogs, ou de SMS gratuits, qui en faisaient un précurseur en la matière. La messagerie gratuite (40 000 utilisateurs) est en revanche maintenue.

Mais depuis, l’environnement a changé. «Face aux Big Data, et la puissance phénoménale de plateformes comme Facebook, un flux d’informations brutes, qui rediffusait tels quels des agences et des communiqués, notamment de police, n’arrivait plus vraiment à régater».

Dès 2010-2011, blogs et SMS ont peu à peu disparu, et le groupe Virtual Network SA, dont Stéphane Pictet est le CEO, s’est aussi défait d’autres portails, tels que Humour.com ou Jeux.com. «Ce dernier, qui accueillait 600 000 visites par jour, a été fort bien revendu», précise-t-il.

Depuis cinq ans pourtant, l’audience de Romandie.com était en baisse, avant de se stabiliser en 2017. Elle totalisait encore 1,3 million de visites et 4,5 millions de pages vues en décembre dernier.

Autres projets

La société gardait l’équilibre financier grâce à son automatisation à 100%, ou presque. Seul un poste de développeur à 10% en assurait la maintenance. Elle ne créait donc pas de contenu propre, piste qui avait récemment été envisagée. «Nous avons fait tous les scénarios possibles sur la base d’une petite rédaction intégrée, mais tous se terminaient dans les chiffres rouges».

Virtual Network, qui emploie 33 personnes à Nyon (VD) et Zurich, concentrera désormais ses forces sous forme d’investissements dans d’autres projets, prometteurs, comme Devis.ch, et son extension alémanique Offerten.ch qui sera lancée cette année. «Nous ne développons plus de portails à proprement parler, mais sommes devenus une société de participations, qui investit dans d’autres sociétés».

Stéphane Pictet ne désespère pourtant pas de relancer, à terme, Romandie.com. «Une fois que nous aurons trouvé un bon business plan, avec de jeunes entrepreneurs qui ont le monde digital dans le sang, projette-t-il. Mais ce profil est plus rare en Suisse que dans d’autres pays».

Créé: 02.01.2019, 17h18

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.