«Je ne trouve pas à qui confier la mosquée de Genève»

IslamFaute de repreneur satisfaisant, la Ligue islamique mondiale songe à transformer la fondation qui gère le lieu de culte.

Mohammad Abdulkarim Alissa, secrétaire général de la Ligue islamique mondiale.

Mohammad Abdulkarim Alissa, secrétaire général de la Ligue islamique mondiale. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Changement de plan! Mohammad Abdulkarim Alissa, secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, très proche de la monarchie saoudienne, avait annoncé en janvier dans les colonnes du «Matin Dimanche» et sur le site web de «24 heures» que la mosquée du Petit-Saconnex ne sera plus gérée par la Fondation culturelle islamique de Genève (ndlr: qui est liée à la Ligue mondiale) mais confiée directement à la communauté des musulmans» du canton. La mosquée devait être remise à «un organe représentatif de tous». Plus facile à dire qu’à faire, nous a-t-il confié dans la Cité de Calvin, au terme de deux jours de conférence à l’ONU sur la lutte contre la radicalisation.

Apparemment, il n’y aurait pas de repreneur susceptible de satisfaire à la fois les critères d’ouverture et de sécurité. Une solution alternative se dessine néanmoins: transformer la Fondation culturelle islamique de Genève (qui gère la mosquée) et l’affranchir de la tutelle de la Ligue mondiale. Interview dans une suite de l’Hôtel Intercontinental.

Vous avez annoncé que la Ligue islamique mondiale et la Fondation culturelle islamique de Genève se séparent de la mosquée du Petit-Saconnex. C’est fait? Avez-vous un repreneur?
La scission de la mosquée du Petit-Saconnex – et de toutes les mosquées liées à la Ligue islamique mondiale – a été décidée une fois pour toutes. Nous ne reviendrons pas en arrière. Chacun de ces centres doit pouvoir être confié à une entité irréprochable et approuvée par les autorités locales et nationales. Nous tenons aussi beaucoup à l’union des musulmans, à l’accueil des différences. Pas question de céder ces lieux de culte à l’un ou l’autre courant idéologique et surtout pas à l’islam politique! Nous voulons aussi nous assurer qu’ils ne puissent pas tomber sous influence étrangère. À certains endroits, il peut s’avérer difficile de trouver une entité qui fasse l’affaire, notamment là où les musulmans ont pris l’habitude de s’organiser par pays d’origine…

C’est le cas en Suisse! Alors qu’allez-vous faire?
Si nous ne trouvons pas une entité qui satisfasse tous les critères, il reste une autre option: la Ligue islamique mondiale pourrait se séparer de la Fondation culturelle islamique de Genève, qui continuerait dès lors à gérer la mosquée du Petit-Saconnex. Mais il faudrait alors qu’elle prenne l’engagement d’intégrer dans le conseil de fondation des non-musulmans et qu’elle entreprenne un gros travail de réflexion pour qu’il ne soit pas réservé au culte musulman mais ouvert à tous, lieu d’échange et de rencontre entre les cultures et les religions, dans le respect et l’amitié. Ce centre doit inspirer confiance à 100%. La Suisse doit pouvoir en être fière.

La mosquée ne dépendra plus de la Ligue, mais le bâtiment appartient toujours à l’État saoudien!
L’Arabie saoudite va céder la propriété du bâtiment à la Fondation culturelle islamique, qui est une fondation de droit suisse.

Qu’en est-il des revenus immobiliers qui couvraient le budget de la mosquée? Comptez-vous toujours couper le robinet?
Ce patrimoine immobilier appartient déjà à la Fondation culturelle islamique de Genève. Ce sera au conseil de fondation de décider s’il va financer ou non la mosquée, que ce soit entièrement ou partiellement.

Qui va choisir le repreneur? Et dans quel délai?
Si nous disposions déjà d’une solution satisfaisante, nous ferions la scission tout de suite! Mais pour l’instant, nous n’avons pas encore trouvé d’entité vraiment consensuelle. D’ailleurs, nous apprécierions l’aide des autorités genevoises. Je comprends et je respecte le principe de laïcité, bien sûr, mais un accompagnement serait bienvenu.

Comment garantir que la mosquée ne devienne pas un lieu de radicalisation?
En l’ouvrant à tous, en invitant toutes les religions aux activités, en organisant des conférences, des séminaires, en dénonçant ouvertement l’islam politique! Par ailleurs, j’estime qu’il faut des imams locaux, formés dans le pays.

La radicalisation se fait beaucoup par internet. La dénoncer dans les mosquées, c’est bien. Mais cela suffit-il?
Cela fait une énorme différence, surtout si c’est accompagné de conférences, ateliers, rencontres, pour montrer l’islam ouvert sur les autres et dénonçant l’islam politique. Nous venons d’organiser au Palais des Nations, mardi et mercredi, deux jours de conférence sur des «Initiatives pour protéger les jeunes contre les idées extrémistes et violentes». Il y avait des participants de toutes religions et même des athées. Et nous avons trouvé un dénominateur commun: une déclaration finale qui appelle à l’action les gouvernements (ndlr: éduquer les enfants au respect des différences, au rejet des discours de haine, promouvoir l’égalité, forcer les réseaux sociaux à traquer les idées des extrémistes et terroristes, interdire les imams formés à l’étranger, surveiller les financements, etc.). Il ne faut laisser aucun doute sur notre volonté de combattre la radicalisation.

Créé: 21.02.2020, 18h13

Articles en relation

Un os de plus sur la route de la mosquée de Vevey

Riviera La rénovation du lieu de culte a été stoppée net après la découverte de vestiges. Le retour à la rue du Clos se complique. Plus...

Un ex-salarié de la mosquée de Genève n'est plus interdit de territoire

Islam radical La décision prononcée par Fedpol est annulée par le Tribunal administratif. Les juges considèrent qu'il n'y a pas de preuve de radicalisation dans le dossier qui aurait dû être consulté par le recourant. Plus...

La mosquée désigne ses favoris aux fédérales

Lausanne Le lieu de culte appelle ses fidèles à voter pour trois élus sortants. Elle estime pouvoir leur apporter quelques centaines de voix. Plus...

La mosquée de Lausanne visée par une association

Religion Les pages web du lieu de culte renvoient à un site fustigeant les «mécréants». Vigilance Islam dénonce une incitation à la haine auprès du Ministère public. Plus...

La mosquée de Genève à nouveau pointée du doigt

Meutre des deux touristes scandinaves La nouvelle direction de l’institution se serait bien passée de cet épisode ressurgi d’une époque qu’elle souhaite révolue. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.