«La peur du coronavirus est largement exagérée»

EpidémieL’historien de la médecine Bernardino Fantini analyse l’anxiété grandissante suscitée par la propagation du virus.

Bernardino Fantini, professeur honoraire à l’UNIGE.

Bernardino Fantini, professeur honoraire à l’UNIGE. Image: frank mentha

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De la prudence, certes, mais aucune raison de se faire du mauvais sang. Voici, en substance, le message de Bernardino Fantini, professeur honoraire à l’Université de Genève.

L’inquiétude grandit au sein de la population. Les gens font même des provisions de nourriture…
La peur a toujours accompagné les grandes épidémies. Il y a bien sûr la peur de l’inconnu, de quelque chose de nouveau que l’on ne connaît pas. Et puis la peste, la variole, la grippe asiatique ou encore la grippe espagnole au début du XXe siècle ont fait des ravages. Cette mémoire reste.


Lire aussi: Tout ce qu’il faut savoir sur l'épidémie de coronavirus


A-t-on raison d’avoir peur?
Cette peur est largement exagérée en Europe, à mon avis. Pour le moment, ce virus est moins dangereux qu’une grippe saisonnière qui fait des centaines de morts par année. En Italie, il y a eu des mouvements de panique car les autorités ont commis de graves erreurs de communication. Elles ont fermé des écoles, des cinémas et des théâtres dans des régions où il n’y avait pas un seul cas. Cette réaction émotionnelle dictée par la peur n’a fait que l’amplifier. Les gens se disent que si ces lieux ferment, c’est que la catastrophe est imminente. Les épidémies ont toujours provoqué des phénomènes de masse plus dangereux que la maladie elle-même... Quant à l’idée de fermer les frontières, cela n’a pas de sens: un virus ne connaît pas de frontière! Cela vise plus à tranquilliser la population qu’à contenir l’épidémie.

Comment protéger la population sans créer une psychose?
La peur est un phénomène tout à fait normal mais il faut qu’elle soit dominée par une attitude rationnelle. Il faut la contrôler avec une bonne communication, une connaissance des faits et des mesures à la hauteur de la situation.

Quel rôle jouent les médias dans la frousse ambiante?
Ils ont une responsabilité, en effet, et peuvent jouer un rôle important en incitant à la modération. Il faut continuer de donner des informations précises sur la réalité épidémiologique. Dire que sur 100 cas de contagion, 2 ou 3 seulement sont vraiment dangereux et peuvent mener à la mort. Cela peut tranquilliser les gens. Il faut certes être prudent et se laver les mains le plus possible, par exemple. Mais il ne faut pas avoir peur.


Lire aussi: La seule chose qui protège contre les virus – et que tout le monde fait faux


Et la ruée sur les masques, qu’en pensez-vous?
C’est irrationnel. Porter un masque en dehors des milieux hospitaliers et des foyers épidémiques n’a pas de sens. De plus, il faudrait le changer tous les jours, donc en avoir une dizaine en réserve chez soi. Le masque, c’est un peu un totem. On pense être plus en sécurité avec cet objet à portée de main.

Créé: 28.02.2020, 07h33

Articles en relation

«On n’arrête pas de remplir les rayons!»

Coronavirus L'épidémie touche à peine la Suisse romande que déjà l’inquiétude se voit dans les supermarchés du canton. Plus...

Premier cas d’infection dans le canton de Vaud

Coronavirus Le malade concerné travaille dans le canton, mais habite en France voisine. Son cas ne suscite pas d’inquiétude. Sa prise en charge fait partie d’un dispositif bien plus large. Plus...

«Il faudra s’habituer à vivre avec le coronavirus»

Épidémie La Suisse comptait jeudi soir huit cas: un à Genève, un dans le canton de Vaud, un à Zurich, un en Argovie, un à Bâle-Ville, deux aux Grisons et un au Tessin. Berne a lancé une campagne d’information. Plus...

La Suisse romande touchée par le coronavirus

Épidémie De retour d'Italie, un homme de 28 ans a été admis aux HUG mercredi. Il se porte bien, affirment les autorités. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.