Le Grand Conseil veut réguler les cormorans

FribourgLes soucis des pêcheurs du lac de Neuchâtel ont été entendus par les députés fribourgeois, mardi.

Les cormorans sont accusés de vider le lac de Neuchâtel.

Les cormorans sont accusés de vider le lac de Neuchâtel. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Grand Conseil fribourgeois vole au secours des pêcheurs professionnels du lac de Neuchâtel. Il a voté mardi une motion demandant, par tous les moyens, la régulation des grands cormorans et la reconstitution de la faune piscicole.

La motion, déposée par le député UDC Jean-Daniel Chardonnens, a été acceptée par 89 voix contre 5 et 6 abstentions. Soutenue par le Conseil d'Etat, elle propose à ce dernier de s'approcher des autorités fédérales et les cantons partenaires, Neuchâtel et Vaud, en vue de trouver une solution. Tous les groupes ont soutenu la motion.

«Les difficultés sur le lac de Neuchâtel sont enfin reconnues», s'est réjoui Jean-Daniel Chardonnens. «Sans une action rapide et efficace, la population des poissons va encore diminuer, avec les conséquences accrues pour les pêcheurs», a précisé le député broyard. «Tous les acteurs concernés doivent donc se concerter.»

L'élu de Fétigny a déploré l'annonce du Conseil d'Etat mardi de fermer la pisciculture d'Estavayer-le-Lac, avec à la clé un montant de près de 2,3 millions de francs dépensés pour rien par l'Etat de Fribourg. L'activité sera concentrée sur le site de Colombier (NE), en partenariat avec les cantons de Neuchâtel et de Vaud.

Chute des effectifs

L'heure est en effet grave pour le secteur, avec un rendement de la pêche professionnelle dans le lac de Neuchâtel qui a chuté de 65% entre 2016 et 2018. «Une situation préoccupante», a dit le conseiller d'Etat Didier Castella, en charge du dossier. La baisse est due avant tout à la diminution des captures de corégones.

La cause n'est pas identifiée formellement du point de vue scientifique. Plusieurs facteurs sont avancés par le gouvernement, comme des conditions de reproduction peu favorables, la pauvreté en nutriments, la hausse de température de l'eau suite aux dernières canicules et de possibles mortalités dans les jeunes classes d'âge.

Reste que la pression de prédation importante par les cormorans est souvent évoquée. C'est pourquoi les tensions se concentrent sur le grand cormoran. Avec plus de 1200 couples nicheurs dans trois colonies distinctes, la région abrite la population la plus importante de ces oiseaux piscivores en Suisse.

Il existe aujourd'hui 30 pêcheurs qui vivent de leur métier, dont six dans le seul canton de Fribourg. Les députés avaient déjà voté une résolution sur le sujet en juin. Le motionnaire, par ailleurs patron d'une entreprise d'autocars, demande encore de «tout mettre en œuvre pour reconstituer la faune piscicole».

Prudence de mise

L'impact des cormorans sur les populations de poissons et la pêche doit être pris au sérieux, a poursuivi Didier Castella. Un projet de modification du concordat concernant la chasse sur le lac de Neuchâtel est en cours de révision par les trois cantons concernés, avec une entrée en vigueur l'an prochain.

Il s'agirait d?ouvrir la chasse au cormoran sur les lacs de Neuchâtel et de Morat. «Même si le tir n'est pas facile», a averti le ministre. De même, il est prévu de créer un permis de chasse spécial pour les pêcheurs professionnels leur donnant la possibilité d?effectuer des tirs de protection à proximité des filets.

Des tirs spéciaux ont déjà été réalisés après le 1er septembre par les garde-faune, dès la fin de la période de protection fédérale du cormoran. Il est question de 3000 à 4000 cormorans vivant dans la région, estimait un pêcheur contacté par Keystone-ATS en septembre.

Impact à définir

Par rapport aux autres espèces de poissons du lac, l'impact exercé par le cormoran sur les populations n'est pas connu. Ainsi, deux expertises vont être réalisées. La première porte sur l'immersion de déchets de poissons dans le lac de Neuchâtel par les pêcheurs professionnels.

L'étude vise à définir si la pratique, autorisée exceptionnellement sur les lacs romands, favorise l'essor des effectifs de cormorans. La seconde devrait permettre d'approfondir les connaissances sur l'importance des dommages causés par le cormoran aux engins de pêche ainsi que sur le régime alimentaire actuel de l'espèce.

A noter finalement que l'effort actuel de repeuplement pour le lac de Neuchâtel, qui est parmi les plus importants de Suisse, n'est pas remis en cause par les trois cantons concordataires. (ats/nxp)

Créé: 17.12.2019, 15h54

Articles en relation

Les cormorans dans la ligne de mire

Lac de Neuchâtel Depuis le mois de septembre, les gardes-faune peuvent abattre les cormorans, accusés de vider le lac de Neuchâtel de ses poissons. Plus...

La chasse aux cormorans pourrait être autorisée

Lac de Neuchâtel Alors que les pêcheurs accusent les cormorans de vider le lac de Neuchâtel de ses poissons, des mesures vont être prises contre ces oiseaux. Plus...

Maître-cormoran, métier jalousement préservé

Japon Le Japon est l'un des derniers pays qui cultivent la tradition millénaire de pêche aux cormorans dite «ukai». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.