Le Parlement ne veut pas de géothermie profonde

JuraMercredi, le gouvernement jurassien a décidé de freiner les projets de géothermie profonde.

Une majorité de députés ne veut pas de forage profond. (Photo d'archives)

Une majorité de députés ne veut pas de forage profond. (Photo d'archives) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'adoption de cette motion a valeur de signal politique sans effet contraignant. Seul le Gouvernement est compétent dans ce dossier. L'exécutif peut en outre s'appuyer sur une décision du Tribunal fédéral qui a rejeté un recours contre ce projet déposé par des habitants de la commune de Haute-Sorne (JU).

Reste que la décision d'une majorité des députés illustre la crainte d'une partie de la population jurassienne contre cette forme de forage comme en témoigne le courrier des lecteurs. Une pétition contre la géothermie avait récolté plus de 4200 signatures avant d'être invalidée par la Cour constitutionnelle jurassienne.

«Ce projet de géothermie profonde doit être abandonné au plus vite», a déclaré le motionnaire, le démocrate-chrétien Christian Spring. Le député estime que cette forme d'énergie n'est pas maîtrisée et présente des risques, notamment sismiques. «Pouvez-vous vous permettre de prendre un risque ?», a-t-il lancé au gouvernement.

Lors des débats, les opposants à la géothermie profonde ont estimé que le Jura ne devait pas être le cobaye de cette forme d'énergie. Actuellement, le projet prévu à Haute-Sorne est suspendu dans l'attente des résultats de l'analyse d'un séisme survenu en Corée du Sud et qui aurait pu être provoqué par un forage géothermique.

Gouvernement désavoué

C'est en vain que le ministre de l'environnement David Eray a plaidé en faveur du rejet de la motion. «Rien ne justifie la révocation ou la modification des autorisations délivrées au promoteur par le Gouvernement en 2015», a expliqué le ministre, affirmant que le projet de Haute-Sorne respectait la législation.

Le Gouvernement jurassien redoute qu'une éventuelle révocation des autorisations ne débouche sur une procédure juridique coûteuse avec le promoteur qui pourrait réclamer des indemnités en invoquant le comportement contradictoire de l'Etat. «La facture pourrait être très importante pour l'Etat», a estimé David Eray. (ats/nxp)

Créé: 19.12.2018, 19h28

Articles en relation

Le budget 2019 du Jura passe la rampe

Finances Mercredi, le Parlement jurassien a accepté un déficit de près de 3,5 millions de francs. Plus...

Recours rejeté contre les projets de géothermie

Canton du Jura Le Tribunal fédéral a rejeté tous les griefs des habitants de Haute-Sorne dans le Jura contre un projet de géothermie profonde. Plus...

Le Jura veut mieux lutter contre le travail au noir

Suisse Les autorités ont signé une charte pour renforcer le partenariat social. Une carte professionnelle pour un contrôle rapide sur les chantiers devrait voir le jour. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...