Le Valais serre la vis aux écoles de ski

Sport d'hiverLe Grand Conseil s'est penché mardi sur les pratiques des écoles de ski. Une modification de la loi a fait l'unanimité, mardi.

Une amende jusqu'à 10'000 francs pourrait être appliquée aux écoles de ski, si nécessaire.

Une amende jusqu'à 10'000 francs pourrait être appliquée aux écoles de ski, si nécessaire. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les écoles de ski actives en Valais ne doivent plus pouvoir piétiner la législation cantonale sur les sports à risques sans conséquence. Le Grand Conseil veut introduire dans la loi un système de sanctions.

Les parlementaires cantonaux ne se sont pas opposés mardi au tour de vis que le gouvernement propose d'introduire dans la loi. Alors que les seules sanctions possibles actuellement sont la lettre de réprimande et le retrait de l'autorisation, l'amende doit faire partie du catalogue à l'avenir.

Modification saluée

Les groupes parlementaires ont unanimement salué cette modification lors du débat d'entrée en matière. L'élargissement de la palette de sanctions est globalement considéré comme nécessaire. Les écoles valaisannes de ski adhèrent également à ce changement.

L'administration cantonale a été échaudée lors de l'hiver 2015-2016 par une situation d'irrespect total de la législation. Suite à un contrôle, une école de ski a été amendée pour le non respect systématique du quota de 20% de collaborateurs titulaires d'un brevet fédéral imposé dans la loi.

Loi trop flexible

L'école de ski a fait recours et a eu gain de cause. La loi ne prévoit en effet pas la possibilité d'infliger une amende. Une fois l'autorisation accordée, l'Etat ne peut plus intervenir de manière proportionnée pour faire respecter la loi.

Les seules possibilités sont la réprimande, peu efficace, ou le retrait de l'autorisation, parfois exagéré selon le conseiller d'Etat Christophe Darbellay. L'introduction d'une possibilité d'amende, jusqu'à 10'000 francs, «est une petite chose sur le plan législatif mais de grande importance pour la branche», a dit Christophe Darbellay.

Si cette adaptation est acceptée lors du débat de détail vendredi, il sera possible d'intervenir efficacement. «A Verbier ou Zermatt, il y a des situations qui ressemblent plus au Far West», a déclaré Christophe Darbellay. (ats/nxp)

Créé: 14.11.2017, 12h54

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Trois femmes avaient déjà mis en cause Donald Trump durant la campagne présidentielle. Elles se sont retrouvées sur un plateau de télévision pour réitérer leurs accusations. La Maison-Blanche a dénoncé des «histoires inventées»
(Image: Bénédicte) Plus...