Le cannabis légal pousse les piscines genevoises à changer les règles

GenèveLes bassins genevois ne savent pas comment gérer cette nouvelle donne. A chacun son approche.

Vidéo: Fabien Grenon


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après les caleçons sous les maillots de bain, une nouvelle problématique a émergé cette année dans les piscines genevoises: le cannabis légal, soit le chanvre sans effet psychotrope. Les responsables de bassin ne sont pas en mesure de distinguer la substance légale de l’illégale. Conséquence: depuis la mise sur le marché de ce nouveau produit, ils se retrouvent empruntés face aux fumeurs de joints, dont le comportement n’est désormais plus forcément répréhensible mais indispose les autres baigneurs. Chaque bassin a mis en place sa propre approche.

Christian Marchi, directeur de Genève-Plage, est le premier à tirer la sonnette d’alarme. «C’est compliqué, on ne sait pas très bien quoi faire face à cette nouvelle donne, confie-t-il. Doit-on simplement interdire de fumer du cannabis, légal ou illégal? Cela crée une inégalité de traitement avec les fumeurs de cigarettes. Mais si on tolère, cela engendre des tensions entre usagers.»

En ville de Genève, les gardiens privilégient une approche au cas par cas. «Notre souci n’est pas de savoir si la substance est légale ou illégale, nous ne sommes pas la police, précise d’emblée Pierre-Yves Stücki, adjoint de direction au Service des sports de la Ville. Ce qui pose problème pour nous dans le cannabis, c’est l’odeur; cela incommode les autres usagers. Les gardiens demandent donc aux fumeurs de respecter le voisinage et cela fonctionne bien. Nous avons davantage de problèmes avec la musique.»

«Nous expliquons aux fumeurs la problématique et les encourageons à ne pas fumer dans l’enceinte de la piscine»

Moins concernées par la problématique, les piscines de Meyrin et Lancy favorisent, elles aussi, une approche personnalisée. «Nous expliquons aux fumeurs la problématique et les encourageons à ne pas fumer dans l’enceinte de la piscine. Ils le comprennent très bien généralement», confie Serge Troxler, responsable des installations lycéennes, qui admet par ailleurs que c’est plus compliqué avec la mise sur le marché du cannabis légal.

La piscine du Lignon a, pour sa part, décidé de ne pas s’embarrasser de cette question. «Les gardiens ne sont pas aptes à définir s’il s’agit de cannabis légal ou non. Si les clients qui se plaignent sont certains de leurs dires, c’est à eux d’appeler la police», informe Valérie Pillonnel, responsable du Service des sports de la Ville.

Interdit à Carouge

La piscine de Carouge constitue ainsi le seul bassin du canton à avoir pris formellement les devants. Dès l’annonce de la commercialisation de la substance légale, l’établissement a actualisé son règlement pour interdire sa consommation dans son enceinte.

Les deux produits, avec ou sans (moins de 1%) THC, sont impossibles à distinguer, ni à l’œil ni au nez. A ce jour, seule une vraie analyse en laboratoire est capable de révéler la composition du chanvre. Les polices vaudoise et genevoise testent actuellement de nouveaux dispositifs permettant des résultats plus rapides. (24 heures)

Créé: 30.07.2017, 21h38

Articles en relation

[VIDÉO] La légalité du cannabis prouvée en moins de dix secondes

Lausanne Un doctorant de l’Ecole des Sciences criminelles développe un test rapide et efficace pour analyser le cannabis. Le Graal pour la police et la justice, qui en rêvent. Plus...

Le cannabis légal a son épicerie

C’est quoi ce commerce? Plus...

Le cannabis légal vient à la rescousse des kiosquiers

Chanvre Produit d'appel, le CBD attire de nouveaux clients dans les points de vente de journaux. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...