Le fiasco des maisons à bas prix épargne Coop

ImmobilierLa justice fribourgeoise inflige une peine de prison avec sursis à un ex-vendeur de villas écologiques vantées par le géant bâlois.

Cet acheteur genevois espérait profiter de l'offre de Coop pour construire une villa Minergie à la place de cette vieille bâtisse, à Crésuz (FR). Son projet a tourné court.

Cet acheteur genevois espérait profiter de l'offre de Coop pour construire une villa Minergie à la place de cette vieille bâtisse, à Crésuz (FR). Son projet a tourné court. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

F.G. a profité de la solide réputation et du marketing de Coop pour appâter le chaland, mais ce n’est pas un escroc. C’est l’analyse du Tribunal pénal de la Sarine, qui a rendu son verdict lundi dans l’affaire des maisons écologiques à bas prix vendues sous le label du groupe bâlois (voir notre édition du 13 mai). La Cour l’a cependant reconnu coupable d’abus de confiance, de concurrence déloyale et de violation du droit à la marque par métier. Elle l’a condamné à 18 mois de privation de liberté et à 60 jours-amende à 10 francs, le tout assorti du sursis pendant deux ans. Lors du procès, le 24 avril, le Ministère public fribourgeois avait requis 36 mois de prison, dont 12 ferme, à l’encontre de cet ingénieur de 59 ans.

Le prévenu n’a pas cherché à gruger ses clients, selon le président: «Il mettait tout en œuvre pour réaliser les projets immobiliers prévus et toucher ses commissions.» D’où son acquittement de l’accusation d’escroquerie par métier. Le tribunal n’a pas non plus retenu la gestion fautive, en l’absence de preuves de dépenses exagérées ou de bradage.

L’avocat de F.G., qui demandait l’acquittement pur et simple de son client, va sans doute faire appel. «C’est du foutage de gueule, lâchait l’ex-vendeur à l’issue du verdict. Coop et Elk (ndlr: le constructeur autrichien des villas préfabriquées) ont toujours validé les plans et les devis. Tout a été fait selon les normes de la branche.» Les prix de lancement vantés par Coop en 2009 et 2010 – dès 300 000 francs – aboutissaient en réalité à des coûts deux à trois fois supérieurs.

«Le système de vente mis en place créait une grande confusion dans le public»

La procureure Alessia Chocomeli-Lisibach compte étudier les détails du jugement avant de se prononcer sur un éventuel recours. Pour l’heure, elle relève avec satisfaction que les douze familles romandes qui avaient attaqué F.G. en justice «ont été reconnues comme victimes». S’agissant du rôle de Coop, partie plaignante dans cette affaire, la magistrate partage le sentiment du président du tribunal: «Le système de vente mis en place créait une grande confusion dans le public.» Ne constatant pas d’infraction, elle s’apprête néanmoins à classer la procédure encore ouverte contre le géant de la distribution.

F.G., de son côté, devra verser aux familles lésées quelque 145 000 francs d’indemnités (sur un montant total réclamé de 1 million). «On n’en verra jamais un centime, puisqu’il est indigent», soupire le Jurassien Olivier de Raedt. Lui et le Genevois Alan Davidson n’ont, au contraire d’autres plaignants, jamais touché de dédommagement de la part de Coop. Les deux hommes espèrent encore faire valoir leurs droits auprès du groupe bâlois, grand absent des débats lundi soir. (24 heures)

Créé: 15.05.2017, 22h18

Articles en relation

Un scandale immobilier met le groupe Coop dans l’embarras

Suisse romande Un vendeur de villas à bas prix risque un an de prison ferme. Des clients floués estiment que la faute incombe au distributeur. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Maintes fois reportée, l'ouverture d'Aquatis aura lieu finalement fin octobre. En attendant, les prix qui seront pratiqués alimentent déjà les discussions sur Internet.
(Image: Bénédicte) Plus...