Le grand raout du sport électronique genevois fait faillite

Jeux vidéosLa seconde édition de la Geneva Gaming Convention était parvenue à doubler ses entrées. Cela n’aura pas suffi.

Image: Maurane Di Matteo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À première vue, le résultat était prometteur: pour sa seconde édition, la Geneva Gaming Convention (GGC) était parvenue à doubler ses entrées. Pas moins de 11 500 visiteurs s’étaient pressés à Palexpo en septembre pour découvrir l’univers du sport électronique, contre 5500 un an plus tôt. Cela n’aura pas suffi: l’organisateur de la GGC vient d’annoncer sa faillite, a révélé Bilan. Il n’y aura donc pas de rendez-vous en 2018 à Genève, qui pourtant se rêvait déjà en temple suisse de cette récente discipline.

Le collectif d’associations derrière la GGC a péché par excès d’ambition: la manifestation aurait dû tripler ses entrées pour faire face à l’excédent de charges. Car celui-ci aussi a pris l’ascenseur entre les deux éditions, passant de 30 000 à 400 000 francs. «Nous pouvions faire face à un excédent de 115 000 francs, mais pas davantage, note Nicolas Pidancet, l’un des quatre permanents du collectif qui travaillaient à temps plein pour l’événement. Avec 5000 entrées de plus, nous aurions été dans les clous. Nous avons beaucoup de déception et de frustration. On a mis tout notre cœur et notre énergie dans ce projet durant deux ans. Mais on reste convaincu qu’il y a un potentiel: nous ne sommes pas passés loin d’un grand succès.»

Nicolas Pidancet ajoute que l’intérêt pour le sport électronique est réel: «Une quarantaine d’associations sont nées depuis 2014 en Suisse romande.» Si l’intérêt croît, il en va de même de la concurrence, puisque deux nouvelles conventions ont été lancées à Zurich et à Lausanne en 2017. Et en se focalisant sur la qualité, le collectif aurait négligé la rentabilité, note le passionné. Qui veut rester positif: «Tous les liens créés entre les associations continuent d’exister. Nous avons réussi à susciter beaucoup de rencontres.» L’édition 2017 s’était tenue sur 10 000 m2, avec au programme de nombreuses compétitions, 60 stands en lien avec les jeux vidéo et diverses conférences («L’e-sport est-il un vrai sport?» ou «Quelle est la place de la femme dans les jeux vidéo?»).

Créé: 21.12.2017, 20h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.