Le pari du ski à prix réduit est déjà à moitié réussi

Sports d'hiverL’abonnement de saison Magic Pass, lancé il y a deux semaines par 25 stations romandes, a séduit 55'000 amateurs de glisse.

Télé Villars-Gryon-Les Diablerets fait partie des 25 stations incluses dans le Magic Pass.

Télé Villars-Gryon-Les Diablerets fait partie des 25 stations incluses dans le Magic Pass. Image: CHANTAL DERVEY - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«C’est un bon départ, mais il y a encore du travail pour atteindre nos objectifs. L’opération sera vraiment intéressante si l’on parvient à écouler 100'000, voire 120'000 cartes.» Philippe Magistretti, patron des remontées mécaniques de Crans-Montana, commente avec prudence le succès du Magic Pass. Cet abonnement de saison, qui donnera accès à 25 stations de ski romandes l’hiver prochain, a séduit plus de 55'000 clients depuis le 11 avril. Son prix de lancement – 359 francs pour les adultes, 249 francs pour les enfants – sera maintenu pendant quelques jours encore. Les tarifs augmenteront ensuite par paliers successifs jusqu’à fin septembre.

Ces 55'000 sésames excèdent déjà le nombre de forfaits de saison vendus auparavant par les stations participantes (environ 40'000 au total). «Mais dans le même temps, on va forcément cannibaliser une partie des ventes de forfaits journaliers et de courts séjours que nous réalisions jusqu’ici», nuance Philippe Magistretti, en songeant notamment aux habituels skieurs «pendulaires», qui n’auront plus à passer à la caisse s’ils ont opté pour le Magic Pass. Les nouvelles cartes devront donc compenser ces pertes, dont nul ne peut aujourd’hui prédire l’ampleur exacte.

«Nous espérons faire progresser nos chiffres d’affaires de 10 à 15%»

Pierre Besson, directeur de Télé Villars-Gryon-Les Diablerets, se dit très optimiste: «Nous espérons faire progresser nos chiffres d’affaires de 10 à 15%». Soit à peine moins qu’à Saas-Fee, où les recettes ont grimpé de 20% depuis l’introduction du sésame à prix cassés l’automne dernier. Plus de 80'000 cartes à 222 francs ont trouvé preneur, dont 10% auprès des hébergeurs locaux. La fréquentation des pistes a bondi de 50%. L’opération est d’ailleurs reconduite pour l’hiver prochain dans la station haut-valaisanne, qui vise elle aussi la barre des 100'000 abonnements de saison.

Les instigateurs de l’opération romande estiment aller plus loin que Saas-Fee. «Notre stratégie consiste non pas à dévaloriser notre produit, mais à développer une nouvelle offre, bien plus étendue», souligne Philippe Magistretti. Outre les tarifs attractifs, ils parient ainsi sur l’envie de découverte des clients, incités à skier plus souvent et à passer d’une station à l’autre. La répartition finale des recettes s’effectuera en fonction du nombre effectif des passages aux installations mécaniques, après une pondération prenant en compte la taille des domaines. Mais selon Pierre Besson, chacun d’eux est d’ores et déjà assuré de maintenir son revenu lié à la prévente. Même Crans-Montana, où l’abonnement classique coûtait quelque 800 francs jusqu’ici.

Parier sur la clientèle régionale
A l’autre bout de l’échelle, Charmey se réjouit de bénéficier de cette aubaine. «Après les hivers très pénibles que l’on a connus en raison du manque de neige, il aurait été difficile de continuer à vendre nos abonnements (ndlr, 380 à 450 francs pour la saison)», relève Sébastien Jacquat, directeur des remontées de la petite station fribourgeoise. Réaliste, il ne compte pas sur un afflux de skieurs habitués aux pentes valaisannes, mais sur la fidélité de la clientèle régionale. «Avec le Magic Pass, les gens pourront profiter des domaines de plus haute altitude en début de saison tout en skiant chez nous quand les conditions seront bonnes.» Rester à Charmey quand on peut aller à Anzère ou Grimentz sans débourser un sou de plus? Sébastien Jacquat y croit: «On s’épargne une heure ou deux sur la route…»

Le bassin de skieurs potentiels sera-t-il suffisant pour répondre à toutes les attentes? A vérifier. Pierre Besson indique avoir vu fonctionner un tel modèle aux Etats-Unis il y a vingt ans déjà. «Aujourd’hui, en Suisse aussi, les habitudes de consommation ont changé», observe le patron de Télé Villars-Gryon-Les Diablerets. Dans une industrie en perte de vitesse, ses confrères et lui n’entendent pas en rester là: «L’offre du Magic Pass évoluera, elle deviendra plus complète, promet le Vaudois. Nous voulons regagner des parts de marché et maintenir les sports de glisse dans le haut du panier des loisirs.» (24 heures)

Créé: 24.04.2017, 17h18

Articles en relation

En plein marasme, le ski à prix bradés fait un carton

Sports d'hiver Au terme d’une saison très difficile, le «Magic Pass» romand démarre en trombe. Et l’offre de Saas-Fee confirme son succès. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le géant de l'or noir basé à Genève se fournit auprès d'une entreprise dont les droits de forage ont été obtenus par un homme, aujourd'hui sous enquête pour corruption.
(Image: Bénédicte) Plus...