Les jeunes grévistes préparent depuis l’aube leur picoulet climatique

Grève des collégiensDans les écoles genevoises, les classes sont presque vides et les aulas pleines. On débat et on se mobilise, on fabrique les banderoles destinées à la grande marche du jour.

Au Collège André-Chavanne comme ailleurs dans les écoles genevoises, on dessine et peint les banderoles de la marche du jour dans les rues de la ville.

Au Collège André-Chavanne comme ailleurs dans les écoles genevoises, on dessine et peint les banderoles de la marche du jour dans les rues de la ville. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En «prépa» d’examen ? Non, de manif. Les jeunes grévistes du jour sont aux affaires depuis 8h un peu partout dans les écoles genevoises. Au Collège André-Chavanne, l’atelier de création protestataire bat son plein, dans les couloirs situés entre la bibliothèque et la salle des maîtres. «On a commencé par se bouger mollement, mais là on fonce», lance une participante, un pot de peinture à la main. La direction a donné son feu vert, mis des tables de foire à disposition, ouvert l’aula pour y débattre et visionner des films sur la crise écologique et la meilleure façon d’y répondre.

Les banderoles se façonnent à vue, dans l’inspiration du moment, sur des bouts de cartons, des frises de papier blanc tendues entre deux bâtons. On oublie l’orthographe, on veut se faire entendre à voix haute: «Arrêtter de croire que tous va bien!» C’est écrit en lettres noires comme ce globe terrestre assombri par le réchauffement qui brûle ses continents. Une abeille en sursis butine sur ses flancs. Elle aussi fait la gueule. Elle se prépare à descendre dans la rue, portée à bout de bras par des primo-manifestants déterminés et conscients de l’importance du rassemblement.

«Il faut donner le maximum de visibilité à notre mouvement», renchérit une élève de 4e, tout en se réjouissant de la mobilisation dans les murs de son établissement scolaire. Sa camarade de classe abonde: «Chez nous, les journées à thème ne connaissent jamais un succès pareil. Regardez aujourd’hui, nous sommes déjà plus de 200 à nous activer. D’autres vont encore nous rejoindre: tous les niveaux sont représentés, les plus jeunes de Chavanne sont avec nous. Cela ressemble à un picoulet géant, avec un vrai contenu, l’info circule à toute vitesse, les stands sont pris d’assaut.»

Notamment celui monté par Amélie, qui a répertorié sur un plan de la ville les friperies de seconde main, qui nous encourage, adresses à l’appui, à acheter le plus possible bio et local, qui nous invite à utiliser une gourde en métal ou en verre plutôt qu’une bouteille en plastique. Elle a indiqué sur sa carte du tendre trieur les points d’eau accessibles. Enfin, elle rappelle que « les vacances en avion, c’est pas ouf. Voyager en train, avec le pass Interrail, c’est sympa, ça fait plein de souvenirs et de rencontres.»

Les profs se mêlent aux élèves, la documentaliste responsable est avec eux. Sur son impulsion et celle de ses collègues, plein de choses ont été initiées en lien avec le développement durable. Sur les murs, actuellement, une exposition consacrée à la problématique des déchets plastiques dans les océans. On peut difficilement rêver environnement pédagogique plus stimulant où l’on apprend, entre deux cours académiques, à faire soi-même ses produits cosmétiques naturels.

Sur les visages drôlement réveillés, des maquillages apparaissent, des slogans miniatures griffent les joues. Le directeur, Roland Jeannet, passe dans les rangs. Il ne cache pas son enthousiasme: « Quand nos élèves montrent cela, ils sont l’espression concrète d’une belle génération.»

De quoi réjouir ce père de famille qui attendait depuis longtemps le déclic chez sa propre fille, en première année de collège. « C’est quand l’étincelle? Il ne suffit pas de jeter des graines sur une terre aride…» C’est maintenant l’étincelle, les graines poussent solidairement. La police genevoise estime sans certitude que 1500 jeunes se retrouveront sur la place Neuve à 14h à l’occasion de cette «grève climatique nationale». Ils pourraient être beaucoup plus. Le soleil est avec eux. (24 heures)

Créé: 18.01.2019, 12h23

Articles en relation

Une jeunesse vaudoise plus chaude que le climat

Grève du climat À Lausanne, étudiants et apprentis vaudois ont été plus de 8000 à déserter les salles de cours pour réclamer des mesures en faveur de la planète. Dans d’autres villes de Suisse aussi. Plus...

La grève climatique se prépare en ordre dispersé

Lausanne Les jeunes en formation seront bien dans la rue, par centaines, vendredi matin. Mais tous ne bénéficient pas des mêmes conditions. Plus...

Les jeunes Romands vont faire grève pour le climat

Environnement Le mouvement de mécontentement étudiant s'étend. Le 18 janvier aura lieu une grève nationale, à laquelle participeront Vaudois et Genevois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.