Une clinique se dote d'un robot Da Vinci

ValaisTous les patients de la Clinique de Valère pourront bénéficier de cette technologie «moins invasive».

Image: Archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un robot Da Vinci sera opérationnel à la Clinique de Valère à Sion dès novembre prochain. Tous les patients qui le nécessitent pourront bénéficier de cette technologie, assure mercredi l'établissement médical.

C'est une première en Valais: un robot Da Vinci, sorte de prolongement des mains du chirurgien, sera disponible pour la chirurgie viscérale, de l'obésité et l'urologie.

Tous les patients, quelle que soit leur couverture d'assurance, pourront bénéficier de cette technologie «moins invasive». La clinique compte proposer le robot «gratuitement» à l'Hôpital du Valais, via «un partenariat privé-public autour de la chirurgie robotique».

Arrivée du professeur Philippe Morel

Le robot, dont le coût s'élève à 2 millions environ, ne peut être déplacé. Pour en faire profiter tous les patients, les modalités d'un partenariat privé-public doivent être définies, a indiqué à Keystone-ATS Benoît Kuchler, directeur de la Clinique de Valère.

Le groupe Swiss Medical Network, propriétaire de la clinique sédunoise, a acquis plusieurs robots Da Vinci pour ses établissements en Valais, dans les cantons de Vaud, de Genève et de Zurich. Ces acquisitions coïncident avec l'arrivée au sein du groupe du professeur Philippe Morel, expert en chirurgie robotique et jusqu'ici chef du service de chirurgie viscérale aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). (ats/nxp)

Créé: 19.09.2018, 18h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...